Yodé et Siro viennent encore de faire parler d’eux. Les deux chanteurs ont laissé un message musclé à Adou Richard lors d’un concert live le weekend dernier. Les zougloumen n’ont pas mis de gants pour dénoncer l’attitude du procureur d’Abidjan. Connus pour ne pas avoir la langue de bois, Dally Djédjé Gervais et Aba Sylvain Decavailles, les enfants de Gbatanikro, ont craché leurs vérités au procureur d’Abidjan.

Yodé et Siro clashent Adou Richard

Dimanche 29 novembre 2020, Yodé et Siro ont donné rendez-vous à leurs fans dans un endroit chaud de la commune de Yopougon. Ce beau moment de communion avec les amoureux de la musique zouglou a été l’occasion pour ces artistes-chanteurs de se prononcer sur la situation sociopolitique ivoirienne. Relativement aux violences qui ont émaillé le processus électoral, les deux compères n’ont pas caché leur colère devant l’attitude du procureur Adou Richard.

« C’est quel pays ça ? Allez dire au procureur Adou Richard qu’un mort, c’est un mort. On ne passe pas son temps à chercher les petits Baoulés dans les villages pendant que les gens sont ici avec des marchettes et ils sont bien identifiés », a laissé entendre Siro. Les zougloumen n’ont pas manqué de lancer un appel au président de la République en face d’une foule acquise à leur cause.

Yodé et Siro sont connus pour leur prise de position dans le débat politique. A la faveur de la sortie de leur récent album, « Héritage », après un silence de plus de dix années, les chanteurs venus du quartier populaire de Gbatanikro (Treichville) ont fait un retour en fanfare. Ils se sont notamment illustrés avec la chanson « On dit quoi ? », à travers laquelle Dally Djédjé Gervais et Aba Sylvain Decavailles critiquent ouvertement la gestion du président Alassane Ouattara.

« Le pays devient joli oh oh, y’a goudron partout, y’a lumière partout, y’a même lumière dans goudron, merci aux PPTE, soutrali des pays pauvres, mais président ton peuple a faim », chantent-ils dans le titre qui a provoqué une véritable polémique. En effet, des voix se sont élevées pour dénoncer le message véhiculé par Yodé et Siro. Al Moustapha, bien connu dans le showbiz ivoirien, a tenu à faire des précisions.

« Je dis quand on critique, il faut dire le positif. Quand on critique, il faut reconnaitre ce qui a été bien fait. Le président a mis le paquet, il faut le reconnaitre, mais dans la chanson ça n’a pas été trop reconnu », a déploré Don Muchacho sur une chaine de radio. Pour leur part, les auteurs de la chanson « Mon Gbonhi » estiment avoir pris position pour le peuple et n’hésiteraient pas à porter des critiques sur n’importe quel régime. Dans le camp du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix), Kobenan Kouassi Adjoumani a apporté la réplique aux chanteurs.