Vaccination contre la Covid-19, la France catégorise ses priorités

La vaccination contre la Covid-19 à grande échelle démarre dimanche  en France
Par Eugène SAHI
Publié le 25 décembre 2020 à 22:59 | mis à jour le 25 décembre 2020 à 22:59

La vaccination contre la Covid-19 à grande échelle démarre dimanche 27 décembre en France, à Sevran, près de Paris et à Dijon, auprès de personnes âgées volontaires.

La vaccination contre la Covid-19 pas obligatoire

C’est parti pour l’injection des premières doses de vaccin contre le virus de la Covid-19 qui a fait plus de 62.000 morts en France. Le coup d'envoi de la vaccination sera donné dans l'Hexagone dimanche, dans deux établissements pour personnes âgées. Après les États-Unis, la Grande-Bretagne, ou plus récemment la Suisse, la France est une des plus grandes nations à adopter cette solution.

Cela "commencera dans un petit nombre d'établissements pour personnes âgées, et s'élargira progressivement à toute la France en janvier", avait annoncé mardi soir le ministre français de la Santé, M. Olivier Véran.

Ainsi, quelques résidents d'établissements pour personnes âgées et leurs soignants - désignés publics prioritaires - devraient recevoir la première injection du vaccin développé par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech, le seul sur le marché.

Les premiers flacons doivent arriver samedi sur le sol français, après un voyage sous haute sécurité.

Le vaccin sera administré à des résidents de deux établissements, l'un situé en Seine-Saint-Denis, un département qui a payé un lourd tribut dans cette crise de la Covid-19 avec près de 1.500 morts. L'autre département concerné est la Bourgogne-Franche-Comté, une des régions françaises les plus touchées par la pandémie. La vaccination contre la Covid-19 n'est pas obligatoire et repose sur le volontariat.

Le vaccin "peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus", "du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant", a estimé l'autorité sanitaire à la veille de Noël. Ce produit, baptisé Comirnaty, est "très bien toléré", avec "très peu d'effets secondaires graves", a-t-elle indiqué.


Réalisée sur prescription médicale, elle doit être précédée d'une consultation prévaccinale pour déceler d'éventuelles contre-indications, allergies ou infections, et recueillir le consentement de la personne.

Lundi 21 décembre L’Agence européenne du Médicament (AEM) a donné son feu vert pour la mise sur le marché du vaccin de Pfizer-BioNTech.






Articles les plus lus