Grave accusation contre l' armée camerounaise : Ce qu'on lui reproche

Grave accusation contre l' armée camerounaise : Ce qu'on lui reproche
Par K. Richard Kouassi
Publié le 11 janvier 2021 à 16:30 | mis à jour le 11 janvier 2021 à 16:52

L' armée camerounaise est dans le viseur du Centre des droits de l'homme et de la démocratie en Afrique (CHRDA) qui l'accuse d'avoir assassiné huit civils dans les régions anglophones, a-t-on appris le lundi 11 janvier 2021 dans un communiqué.

Le CHRDA accuse gravement l' armée camerounaise

Selon l'agence Anadolu, le Centre des droits de l'homme et de la démocratie en Afrique (CHRDA) a pointé un doigt accusateur sur l' armée camerounaise. Le CHRDA déclare qu'au moins huit civils ont été massacrés dans le village Maotu, dans la région du sud-ouest. Dans son communiqué publié le lundi 11 janvier 2021, le centre soutient que "des présumés éléments des forces de défense et de sécurité ont lancé une offensive dans le village Maotu dans l'arrondissement de Muyuka, région du Sud-Ouest et ont commis le massacre".

À en croire notre source, le Centre des droits de l'homme et de la démocratie en Afrique poursuit en ajoutant que plusieurs personnes ont été tuées, dont une grand-mère et son petit-fils tout comme "plusieurs garçons non armés".

Tout en condamnant fermement cette attaque et le massacre des civils, le Centre des droits de l'homme et de la démocratie en Afrique fait remarquer des offensives ont été menées contre des civils dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest dans la première semaine de janvier 2021, précise l'agence Anadolu. Le Centre des droits de l'homme et de la démocratie en Afrique a demandé une "enquête approfondie" sur la tuerie. Pour l'instant, les autorités militaires n'ont pas réagi à cette grave accusation portée contre l' armée camerounaise.


On se souvient qu'en septembre 2018, quatre soldats camerounais accusés d'avoir exécuté deux femmes en 2015 ont écopé de dix ans de prison ferme. Les militaires mis en cause soupçonnaient leurs victimes d'être des complices du groupe djihadiste Boko Haram alors qu'ils ne détenaient pas de preuves.






Articles les plus lus