Attaque meurtrière de Boko Haram : Une Kamikaze tue 8 enfants

Attaque meurtrière de Boko Haram : Une Kamikaze tue 8 enfants
Par K. Richard Kouassi
Publié le 08 janvier 2021 à 16:30 | mis à jour le 08 janvier 2021 à 16:30

Au Cameroun, une attaque meurtrière de Boko Haram a causé la mort de treize personnes parmi lesquelles figurent huit enfants, a rapporté la presse camerounaise. L'attentat a été perpétré en pleine nuit le vendredi 8 janvier 2021 dans la ville de Mozogo (région de l'Extrême Nord et du département Mayo-Tsenaga).

Une attaque meurtrière de Boko Haram frappe la ville de Mozogo

Les habitants de Mozogo sont encore sous le choque après l'attaque meurtrière de Boko Haram qui a provoqué la mort de treize personnes le vendredi 8 janvier 2021. Cette localité située dans le nord du Cameroun, non loin de la frontière nigériane, a été la cible de terroristes, ont confirmé un policier et un chef traditionnel à l'AFP. "Treize civils ont péri, dont deux enfants de 4 et 5 ans ainsi que six adolescents", rapporte une source proche de la police camerounaise. L'attentat est attribué à Boko Haram.

Selon le site l'AFP, les assaillants ont d'abord brandi des machettes en scandant "Allah Akbar" avant de s'en prendre aux habitants qui ont été contraints de se réfugier dans la forêt. Une kamikaze n'a pas hésité à se faire exploser en déclenchant les explosifs qu'elle portait. "Ils sont infiltrés dans les populations, Boko Haram fait de plus en plus de dégâts ici", a commenté le lamido Chetima Abba qui a aussi fait remarquer "qu'ils n'ont plus les moyens d'attaquer en bande, armés de fusils". Il a fait remarquer que le Boko Haram utilise de plus en plus des bombes artisanes qu'il fabrique.


Une autre attaque a été signalée tôt le vendredi au poste de contrôle mixte de Babadjou, à la frontière entre les régions de l'Ouest et du Nord-Ouest, a dit Awa Fonka, le gouverneur de la région. "Deux gendarmes, un officier de police et deux civils qui se trouvaient à ce poste de contrôle ont été tués par balles, a affirmé l'autorité camerounaise dont les propos sont cités par le site Anadolu.






Articles les plus lus