Dialogue Gabon-UE: Ce qu'exigent des leaders de la société civile

Dialogue Gabon-UE : La société civile exigeante
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 16 janvier 2021 à 08:38 | mis à jour le 16 janvier 2021 à 08:38

Dans le cadre du dialogue Gabon-UE (Union européenne), trois organisations de la société civile ont réagi, vendredi 15 janvier 2021, aux conclusions des échanges intensifiés. Dans leur déclaration conjointe, ces leaders de la société civile gabonaise, exigent la prise en compte de deux résolutions de l’UE sur les événements post-électoraux de 2016.

Dialogue Gabon-UE : La société civile exige une enquête indépendante

Trois organisations de la société civile se sont prononcées, vendredi 15 janvier 2021 sur les conclusions du dialogue politique intensifié entre la République du Gabon et l' Union européenne.

Ces organisations se sont particulièrement intéressées aux questions de détentions provisoires et des violences post-électorales de 2016. Il s'agit du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) de Georges Mpaga, la Plateforme nationale de la société civile de Georges Bruno Ngoussi, et le Collectif des victimes de la crise post-électorale de 2016.

Les responsables de ces organisations de la société civile exigent avant toute autre initiative, «la prise en compte des deux résolutions de l’UE et la réalisation d’une enquête indépendante afin de faire la lumière sur les atrocités commises au Gabon, lors de ces évènements douloureux et de situer les responsabilités ».

Dialogue Gabon-UE

Pour ces trois représentants de la société civile, révèle Gabonews, cette enquête devrait permettre de procéder à des recherches additionnelles sur les victimes des violences post-électorales de 2016, de déterminer la nature des violations ainsi que leurs auteurs et commanditaires.


L’idée est de rendre justice aux victimes, mieux documenter les événements liés à la crise post-électorale de 2016, renforcer le dossier pendant à la Cour pénale internationale (CPI). Sa vocation est de récolter des informations pertinentes pour engager des poursuites judiciaires auprès des juridictions compétentes au Gabon et à l’étranger, prévenir la commission de crimes similaires et proposer un programme d’indemnisation des victimes.






Articles les plus lus