Cameroun: Paul Biya sans pitié pour les sécessionnistes anglophones

Meeting de sécessionnistes dirigé par Bibixy Mancho
Par David Yavo
Publié le 02 mars 2018 à 20:39 | mis à jour le 02 mars 2018 à 20:39

La crise engendrée par l'arrestation des sécessionnistes est visiblement en train de prendre des proportions considérables. Des détenus originaires des régions anglophones risquent jusqu'à la peine de mort si leur pocès, récemment ouvert, va jusqu'à son terme. Ce qui pourrait déclencher une guerre civile, préviennent les accusés.

Des sécessionnistes anglophones au tribunal de Yaoundé

Près de deux mois après l'arrestation des sécessionnistes anglophones, les 47 personnes interceptées croupissent jusque-là dans les geôles. Ayuk Sisiku et ses collaborateurs avaient été arrêtés en janvier dernier au sortir d'une réunion tenue à Abuja, au Nigeria. Craignant que le pays ne serve de base arrière de déstabilisation pour le Cameroun, le gouvernement nigérian a purement et simplement extradé ces derniers vers Yaoundé où ils sont détenus dans des lieux discrets.

Cette séquestration a provoqué une grande indignation en région anglophone et a tout de suite débouché sur de graves tensions entre représentants étatiques et populations locales. De nombreuses personnes, dont le sous-préfet de Batibo, ont par ailleurs perdu la vie, des biens matériels ont été endommagés et des milliers d'anglophones camerounais réfugiés vivent dans la précarité au Nigeria voisin.

Et pourtant, des initiatives de sortie crise ont été entreprises, mais le président Paul Biya est sans merci pour les opiniâtres. Ce mardi, l'animateur radio anglophone de Bamenda, Bibixy Mancho, et sept autres personnes arrêtées dans le cadre de la crise anglophone ont également comparu devant le tribunal de Yaoundé. Ils avaient été arrêtés lors d'une manifestation au cours de laquelle le célèbre animateur, debout sur un cercueil, galvanisait une foule immense.

Prenant la parole pour la première fois au tribunal depuis son arrestation en 2016, BBC a indiqué que la raison principale qui fait perdurer la crise anglophone est la suspension du dialogue politique. Il a par ailleurs plaidé pour la libération de tous les détenus politiques anglophones, promettant "d'aider le gouvernement à restaurer la paix dans tous les domaines".



Articles les plus lus