Gabon: L'arrangement constitutionnel pour sauver le régime d'Ali Bongo

Ali Bongo sauvé d'une vacance de la présidence
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 16 novembre 2018 à 13:39 | mis à jour le 16 novembre 2018 à 13:39

Les supputations vont bon train quant à la situation juridique d'Ali Bongo. Alors que certains affirment que le président gabonais est décédé, d'autres soutiennent par contre qu'il est bel et bien vivant. La Cour constitutionnelle vient de rajouter un alinéa à l'Article 13 de la Constitution prévoyant le cas d'incapacité temporaire" du chef de l'Etat.

Ali Bongo sauvé d'une vacance de la présidence

Ali Bongo Ondimba était plongé dans un profond coma, depuis le 24 octobre dernier, à Riyad, la capitale de l'Arabie Saoudite. Aussitôt informés, les Gabonais se sont clivés entre partisans d'une vacance du pouvoir et ceux qui espèrent revoir le chef de l'Etat reprendre son poste au Palais du bord de la mer. En dépit des assurances données par le gouvernement sur l'état de santé du chef de l'Exécutif gabonais, des opposants exigent de la Cour constitutionnelle de constater la vacance de la présidence.

Mais sur saisine du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, la présidente de la Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo, vient de mettre dans la Constitution gabonaise une disposition particulière qui stipule :

« En cas d'indisponibilité temporaire du président (...) certaines fonctions (...) peuvent être exercées, selon le cas, soit par le vice-président de la République, soit par le Premier ministre, sur autorisation spéciale de la Cour constitutionnelle. »


Avec cette nouvelle disposition constitutionnelle, plus besoin de constater la vacance de la présidence comme l'exige l'opposition. C'est donc à juste titre que le Vice-président Pierre-Claver Maganga Moussavou a été autorisé à présider un Conseil des ministres.



Facebook
Twitter
email
tel