Côte d'Ivoire : Des chefs baoulé se sont-ils désolidarisés de Bédié ?

Rencontre avec Konan Bédié, des chefs Baoulé absents
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 08 mars 2019 à 09:52 | mis à jour le 08 mars 2019 à 09:53

Henri Konan Bédié était face aux Chefs traditionnels baoulé, le mercredi dernier, à Yamoussoukro pour déconstruire son alliance avec le Président Alassane Ouattara. L'on a cependant constaté qu'à cette rencontre, plusieurs autres tribus n'étaient pas conviées.

Rencontre avec Konan Bédié, des chefs baoulé absents

Mercredi 6 mars, en visite privée à Yamoussoukro, Henri Konan Bédié a eu un entretien avec les têtes couronnées de la capitale politique ivoirienne. Cette rencontre portait essentiellement sur le divorce consommé entre Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. "Il n'y a plus de Alla Gnissan", pouvait s'écrier le "Sphinx de Daoukro" devant les chefs traditionnels Akouê et Nananfouê venus s'enquérir de la situation socio-politique en Côte d'Ivoire.

En effet, au second tour de l'élection présidentielle de 2010, le Président Bédié avait rassemblé les chefs baoulé pour leur signifier son alliance avec le candidat du Rassemblement des républicains (RDR), et en vertu de cette alliance, il appelait le peuple du centre ivoirien et l'ensemble des militants du PDCI-RDA à voter pour ADO.

Rebelote en 2015, où Bédié a encore lancé un appel dit de "Daoukro" pour inciter ses proches à accorder un second mandat au Président Ouattara. La contrepartie de ce double soutien étant l'alternance en 2020 en faveur d'un militant actif du PDCI. Mais le Président ivoirien a tourné casaque en proposant plutôt la mise en place d'un parti unifié, le RHDP, au sein du quel tout le monde pourrait se présenter. C'est ainsi que Bédié s'est retiré de la majorité présidentiel et s'active désormais pour la formation d'une nouvelle plateforme politique de l'opposition.

L'on note cependant que lors de la rencontre de Yamoussoukro, plusieurs chefs baoulé n'y étaient pas conviés. Il s'agit notamment des walèbo, N’zikpli, Gôli, faafouê, Godê et bien d'autres cantons baoulé. Le porte-parole des chefs traditionnels de Yamoussoukro avait alors indiqué : « Le peuple baoulé est nombreux, que tous soient informés et touchés afin comme le balai, nous soyons unis pour mieux balayer la cour. »

Une rencontre similaire serait-elle prévue sur l'agenda d'Henri Konan Bédié pour battre le rappel de tout le peuple baoulé ?



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
03