Côte d'Ivoire : Kader Sanogo (proche d'IB) « Ouattara a refusé de financer la rébellion »

Les graves révélations de Kader Sanogo sur la rébellion de 2002

Une plainte pourrait être déposée contre Guillaume Soro dans un proche avenir pour « crimes de guerre », « crimes contre l'humanité ». Un ex-lieutenant de feu le Sergent-Chef IB accuse l'ancien Président de l'Assemblée nationale d'avoir commis des exactions durant le coup d'Etat manqué de 2002. Kader Sanogo fait également de graves révélations sur cette rébellion.

Les graves révélations de Kader Sanogo sur la rébellion de 2002

Dans une livre intitulé "Pourquoi je suis devenu rebelle", Guillaume Soro avait clairement réclamé la paternité de la rébellion qui a éclaté en Côte d'Ivoire en septembre 2002. Non seulement un ancien proche d'Ibrahim Coulibaly alias IB vient rétablir la "vérité", mais il entend porter plainte contre l'ancien leader du Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI, ex-rébellion) pour les nombreux crimes commis pendant ce soulèvement armé.

Devant la presse, Kader Sanogo a tenu d'entrée à faire cette mise au point : « Soro Guillaume n’a pas créé la rébellion. C’est plutôt le Sergent-chef Ibrahim Coulibaly dit IB qui a créé la rébellion. » Puis, il ajoute : « C’est moi qui ai eu l’idée de monter le 19 septembre et j’ai informé IB. Nous en sommes venus à la rébellion parce que nous savions que sans une guerre, jamais un musulman ne pouvait devenir candidat. »

L'auteur de « La vraie histoire de la rébellion, histoire déjouée par Soro », a par ailleurs indiqué qu'il a été « le premier citoyen ivoirien à proposer l’idée de la rébellion à l’actuel Président ivoirien, Alassane Ouattara qui l’a rejeté totalement ». L'ancien compagnon de maquis d’IB apprend à son auditoire que c'est plutôt l'ancien président libérien, Charles Taylor, qui a financé la rébellion à hauteur de 60 milliards de FCFA pour l’achat des armes.

L'ancien Guide de la Jamahiriya libyenne a également soutenu les rebelles ivoiriens car Laurent Gbagbo, le Président d'alors, aurait refusé qu'un musulman soit candidat à la présidence de la République, révèle le conférencier.

Evoquant le cas Soro, Kader Sanogo a déclaré : « A l’ origine quand on prenait les armes, nous avons juré sur le coran depuis le Burkina-Faso, de ne pas tuer. Mais quand Soro a pris le devant de la rébellion, il a commencé à tuer et massacrer. Soro a donc dévoyé notre cause. » Il entend pour ce faire « déposer une plainte contre Soro pour les nombreux crimes commis à Korhogo, Anyama, Bouaké etc... »

Mais peut-on valablement prendre des armes et décider de faire une rébellion sans tuer, sous prétexte qu'on aurait juré sur le coran ?

Guillaume Soro a certes ses responsabilités qu'il assumera tôt ou tard, mais Kader Sanogo qui fait ces grosses révélations, et tous ceux qui sont de près ou de loin liés à cette rébellion devront également s'apprêter à assumer les leurs.