Côte d'Ivoire: Pour Adjoumani, Soro, Gbagbo et Bédié sont des rêveurs

Kobenan Kouassi Adjoumani, cadre du RHDP

L'éventualité de voir le fauteuil présidentiel échappé au Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix, selon Kobenan Kouassi Adjoumani, cadre du parti d'Alassane Ouattara, semble être très loin de la réalité comme pourrait le croire les camps Laurent Gbagbo, Guillaume Soro ou Henri Konan Bédié.

Présidentielle 2020 : Adjoumani ne craint ni Soro, ni Gbagbo, ni même Bédié

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, en charge des Ressources animales et halieutiques, ne croit aucunement en un changement de pouvoir au soir de l'élection présidentielle de 2020. L'ex-cadre du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, aujourd'hui fervent défenseur du régime Ouattara, reste tout à fait convaincu que son parti, le RHDP détient toutes les cartes pouvant lui permettre de conserver le fauteuil présidentiel.

Interrogé par le confrère Jeune Afrique sur la menace que pourraient représenter Guillaume Soro, Laurent Gbagbo ou même Henri Konan Bédié dans la course pour l'accession à la magistrature suprême, l'ex porte-voix de Bédié a été on ne peut plus clair. "On ne peut pas empêcher les uns et les autres de rêver", a clairement répondu M. Adjoumani au confrère.

Le RHDP, faut-il le rappeler, est clairement engagé dans une logique de conservation du pouvoir d'Etat. Pour se faire, le Parti d'Alassane Ouattara se donne clairement les moyens d'y parvenir. En témoignent les recrutements des cadres et non des moindres du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, susceptibles de faire balancer en leur faveur la bataille électorale dans le centre du pays, fief de son rival Henri Konan Bédié.

Le parti au pouvoir dit également compter sur un bilan inattaquable de son président en seulement 8 années de gouvernance. Que pourrait une opposition divisée face à l'armada du RHDP, se plaisent souvent à interroger certaines figures de proue du cadet des formations politiques Ivoiriennes. "2020, c'est bouclé, c'est calé, c'est géré", ne se cachent-ils pas souvent à lancer.

Notons que le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, le PDCI-RDA d'Henri Konan Bédié, deux grosses figures de l'échiquier politique national, sont actuellement frappés par une crise qui met en mal leur capacité de mobilisation. Les deux formations politiques pourtant idéologiquement opposées, n'excluent pas la possibilité de s'unir pour faire tomber l'ogre RHDP. Guillaume Soro quant à lui essaie de se frayer un chemin dans cette bataille entre ces dinosaures de la classe politique ivoirienne.