Charles Blé Goudé enterre les ambitions de Soro Guillaume

Charles Blé Goudé et Soro Guillaume, deux anciens secrétaires généraux de la FESCI, qui ont investi la scène politique en Côte d’Ivoire depuis...

Charles Blé Goudé et Soro Guillaume
Par Patrice Dama
Publié le 06 juin 2019 à 15:35 | mis à jour le 18 juin 2019 à 10:59

Charles Blé Goudé et Soro Guillaume, deux anciens secrétaires généraux de la FESCI, qui ont investi la scène politique en Côte d’Ivoire depuis la crise de 2002, se retrouvent dans un duel à distance. Morceau choisi : la Présidentielle de 2020, celle-là même à laquelle se prépare activement Guillaume Soro qui va forcement sentir l’estocade que vient de lui porter son ami d’autrefois.

Charles Blé Goudé, sa leçon politique à Soro Guillaume

Entre Charles Blé Goudé et Guillaume Soro, c’est une histoire de longue date. Le premier a joué un rôle important sous le mandat du deuxième lorsqu’il était secrétaire général de la FESCI avant de lui succéder plus tard. Ces ex-têtes fortes de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) sont devenues des politiciens incontournables depuis que l’actuel député de Ferkessédougou a pris les armes pour déstabiliser en 2002 le régime de Laurent Gbagbo auquel s’est rallié Charles Blé Goudé.

Si les deux hommes ne s’attaquent plus frontalement depuis la fin de la guerre, ils ne restent pas moins opposés dans leurs idées et dans la façon de mener leur carrière politique. Charles Blé Goudé, en liberté provisoire après plus de 5 ans de détention à La Haye, par la CPI qui l’accusait de crimes contre l’humanité, a donné sa première interview à "France 24".

Vous pouriez aimer : Charles Blé Goudéaffecté par la prison

Lors de cette apparition publique, sa deuxième après son live-Facebook, le bon petit du Président Laurent Gbagbo n’a pas manqué de déstabiliser le plan de Guillaume Soro qui cherche à se mesurer en 2020 au camp d’ Alassane Ouattara qu’il a quitté il y a peu pour porter ses propres ambitions présidentielles.

C’est en quelques phrases, et sans le nommer, que Charles Blé Goudé a ruiné une partie de la précampagne présidentielle de Guillaume Soro, récemment retourné au nord de la Côte d’Ivoire lors d’une tournée en forme de demande de caution à la population de cette partie du pays pour la prochaine élection présidentielle.

Charles Blé Goudé y va pas à pas

Guillaume Soro a certes 47 ans comme Charles Blé Goudé, tous deux plus âgés qu’ Emmanuel Macron, le Président français qui n’a soufflé que 41 bougies, mais il ne semble pas encore prêt à exercer la fonction de Président de la Côte d’Ivoire pour beaucoup.

Dans ce pays où les vieux politiciens n’ont pas décidé de laisser la place, mais dans lequel la jeunesse désireuse de les envoyer au garage n’a rien montré d’innovant non plus, Charles Blé Goudé fait du facteur temps son meilleur allier dans son ambition de le gouverner un jour.

À l’inverse, Guillaume Soro, qui a été Premier ministre par la force des choses puis président de l’ Assemblée nationale ivoirienne, se sent prêt à y aller alors qu’il n’a rien montré de marquant aux différents postes qu’il a occupés. C’est cette réalité qui donne du sens à la phrase de Charles Blé Goudé disant qu’il a encore beaucoup à apprendre avant de viser les commandes du pays, un propos qui va forcement s’appliquer à son rival qui pour l’instant a manqué toutes ses occasions de moderniser la Côte d’Ivoire.

« La vie politique ne se résume pas à avoir des ambitions présidentielles. Faire la politique c’est aussi promouvoir des valeurs, des principes de vie, participer à changer la société elle-même. Pour le faire, on a besoin d’un instrument de combat « un parti politique », a confié Charles Blé Goudé. Le patron du congrès Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP) donne ici une leçon de ce qu’aurait dû mettre en avant son adversaire politique de même génération, c’est-à-dire Guillaume Soro.

Guillaume Soro trop pressé ?

Pour aller plus loin et diriger encore plus les regards vers Guillaume Soro, Charles Blé Goudé qui répondait pour son cas personnel a confié : « Oui j’ai des ambitions pour un jour diriger mon pays, mais », puisqu’il y en a un, « avec une équipe qui comprendra qu’il faut faire la politique autrement avec une offre politique pour les Ivoiriens ».

Toujours selon lui, et c’est là où son adversaire qui vient de se brouiller avec son principal parrain le Président Alassane Ouattara à cause de la présidentielle de 2020 devrait en prendre de la graine, « 2020 ? Ce sont des chiffres. La vie de la Côte d’Ivoire ne se résume pas aux aiguilles d’une montre. 2020, 2025… Nous avons une offre et je pense que tout doit se bâtir dans le temps.» Sous-entendu, exposer d’abord suffisamment aux populations un projet de société avant de prétendre diriger la Côte d’Ivoire.

« Tout doit traverser le temps. On ne fait pas tout dans la précipitation au gré des ambitions. Aucune ambition politique n’est au-dessus de la vie de la Côte d’Ivoire et de tous ceux qui y vivent. Oui je veux faire la politique, mais je veux la faire dans le temps. Et je veux prendre mon temps sans me précipiter », termine-t-il de dire sur ce volet, un peu comme s’il expliquait sans le citer à Guillaume Soro qu’il doit pouvoir montrer son plan de gouvernement aux Ivoiriens avant de solliciter leur suffrage.

Même s’il n’a que 41 ans, Emmanuel Macron a procédé de la même façon pour convaincre les Français. Guillaume Soro qui n’a pas encore fait oublier sa prise d’ armes en 2002, dans la tentative de Coup d’État devenue une rébellion armée, devra forcement, pour éviter de passer pour un homme trop pressé, prendre le temps de convaincre par ses idées avant de se lancer dans la bataille présidentielle au risque d’essuyer un échec prévisible.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
01