Burkina : Examens 2019, un convoi transportant des épreuves attaqué

Au Burkina Faso, les examens scolaires perturbés
Par K. Richard Kouassi
Publié le 07 juin 2019 à 19:06 | mis à jour le 07 juin 2019 à 19:06

Au Burkina Faso, les examens du BEPC (Brevet d' étude du premier cycle), du CAP (Certificat d' aptitude professionnel) et le BEP (Brevet d' étude professionnel) ont connu une ambiance particulière. Selon les informations fournies par les autorités burkinabè, un convoi transportant des épreuves et un commissariat où elles étaient stockées ont été attaquées.

Burkina, des examens sur fond d'attaque

Le ministre de l’ Education nationale et de l’ Alphabétisation (MENA) du Burkina Faso, le professeur Stanislas Ouaro, a procédé au lancement des épreuves écrites du Brevet d’ Etude du Premier Cycle (BEPC), du Certificat d’ Aptitude Professionnel (CAP) et du Brevet d’ Etude Professionnel (BEP) au centre-nord du pays, précisément à Boussé. Il a noté que si dans l' ensemble tout se passait bien, des troubles ont été signalés dans certaines localités.

"La sécurité est renforcée parce qu’il y a des agressions contre le déroulement des examens. Il y a eu une attaque contre un convoi du MENA qui allait pour déposer les épreuves dans une localité donnée", a dévoilé le professeur Stanislas Ouaro. Toutefois, souligne-t-il, "cette attaque a été repoussée avec succès par les Forces de défense et de sécurité (FDS) qui accompagnaient le dépôt".

Le premier responsable de l' éducation au Burkina a aussi déclaré qu' une "attaque contre le commissariat de Founzan (Centre ouest) ou effectivement nos sujets étaient entreposés justement pour des raisons de sécurité. Des cantines ont été endommagées mais elles ont été remplacées". Suite à ces incidents, des écoles ont été fermées, apprend-on auprès des médias locaux. "D’ autres feront leurs examens sur des sites plus sécurisés", a poursuivi le ministre burkinabè, qui a ajouté que "ça sera la session dite d’examens spéciaux".


Notons que cette année, ce sont 304 096 candidats qui prennent part aux épreuves dans l' enseignement général. L' enseignement technique et de la formation professionnelle enregistre 12 028 candidats. L' Etat a dégagé 15 milliards de francs CFA pour la tenue de ces examens.