Musée Arafat dj: Le ministre Maurice Bandama apporte des précisions

Arafat dj et le ministre Bandama Kouakou
Par Mael Espoir
Publié le 24 août 2019 à 13:11 | mis à jour le 24 août 2019 à 13:11

La mort d'Arafat dj a occasionné un deuil national. L'artiste aura marqué sa génération. Pendant plus de 10 ans, il a été au premier plan du couper décaler, et a glané de nombreux prix en Côte d'Ivoire et à travers le monde. Il était adulé par la jeunesse ivoirienne et comptait beaucoup pour la nation. A cet effef, le ministre de la Culture et la Francophonie, Maurice Bandama, qui en février 2019, faisait du boss de la Yorogang, officier du mérite culturel, a suggéré à la famille et au comité d'organisation des obsèques, de créer un musée où seront sauvegarder toutes les œuvres et autres objets appartenant à dj Arafat. Ce qui pourrait, selon le minstre, permettre de générer des revenus qui profiteront à la famille et aux enfants du defunt. Dans une publication, le Ministre Maurice Bandama a apporté plus de précisions sur le projet de création du musée Dj Arafat

Maurice Bandama explique le projet de création du Musée Dj Arafat

Au cours de l’annonce des obsèques de DJ Arafat, j’ai aussi annoncé la création d’un Musée portant le nom de l’artiste. Des Ivoiriens s’interrogent: pourquoi DJ Arafat et pas les autres, Amedee Pierre, Douk Saga? J’apporte les précisions suivantes:

- il ne s’agit pas d’un musée à construire par l’Etat mais à partir des dons qui seront faits au cours des obsèques, des recettes du concert d’hommage payant que le producteur de l’artiste compte organiser, des droits d’auteur de l’artiste.


- l’interêt du musée est de produire des revenus réguliers et pérennes pour assurer la sécurité matérielle de l’épouse et des enfants de l’artiste qui sont tous en bas âge,
- la résidence de l’artiste pourrait abriter ce musée avec ses objets personnels, instruments de musique, trophees, vêtements et accessoires, motos, véhicules.
- ces éléments constituent déjà des pièces qui peuvent nourrir un musée rentable
- l’hommage et les obsèques, c’est beau, mais il faut des œuvres qui durent.
- c’est une proposition soumise à la famille, au comité d’organisation et au producteur qui pourrait servir à l’avenir comme c’est le cas aux USA, en France.
Il n’y a donc pas de discrimination puisque ce n’est pas sur les fonds publics de l’état mais sur les revenus éventuels attendus des obsèques de l’artiste et de ses droits d’auteur. Je n’étais pas Ministre de la Culture quand Douk Saga décédait et Amedee Pierre est décédé cinq mois après ma nomination. Merci de diffuser pour clarifier les choses.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp