Après Bédié, Alain Lobognon détruit les "mensonges" du régime

Alain Lobognon démonte les arguments de Sidi Touré
Par K. Richard Kouassi
Publié le 21 novembre 2019 à 16:35 | mis à jour le 21 novembre 2019 à 16:58

Alain Lobognon s'inscrit en faux devant les chiffres avancés par Sidi Touré Tiémoko à propos du taux de mortalité en Côte d'Ivoire. Le porte-parole du gouvernement, répondant à Henri Konan Bédié, qui s'attaquait à la gestion d'Alassane Ouattara, a déclaré que dans notre pays, le taux de mortalité "est passé de 614 pour 100 000 habitants en 2011 à 143 pour 100 000, en 2018". "Non", a clamé le député de Fresco, qui conteste ces données.

Alain Lobognon démonte les arguments de Sidi Touré

Lors du bureau politique du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié s'en est violemment pris à Alassane Ouattara dont il a vivement critiqué la gestion du pouvoir. "Le stock de cette dette, ramené à 2214 milliards de francs CFA en 2012 après une réduction d’environ 4090 milliards de francs CFA à fin 2012, s’élève à fin décembre 2018 à 11 607,77 milliards de francs CFA, soit un accroissement de plus de 5 fois du stock de 2012", a dénoncé le président du plus vieux parti politique ivoirien. Pour Sidi Touré Tiémoko, l'ancien chef d'État devrait faire preuve de "plus d'objectivité".

"En effet, dans une région comme l’Iffou, précise le porte-parole du gouvernement, que le président Bédié connait bien, l’action du gouvernement a fait passer le taux de couverture en électricité de 49 % en 2011 à 73 % en 2018. Au niveau national, ce taux de couverture est passé de 33 % en 2011 à 58 % en 2018 ; le taux net de scolarisation est passé de 56 % en 2011 à 90 % en 2018 ; le taux de mortalité maternelle est passé de 614 pour 100 000 habitants en 2011 à 143 pour 100 000, en 2018 ; le taux d’accès à l’eau potable est passé de 60 % en 2011 à 82 % en 2018 ; 219 écoles primaires ont été construites en moyenne par an après 2011 contre 28 avant 2011 ; 115 lycées et collèges ont été construits en moyenne par an après 2011 contre 22 avant 2011."

Alain Lobognon s'est insurgé contre les chiffres fournis par le ministre de la Communication et des médias. "Non RHDP, le taux de mortalité maternelle en Côte d’Ivoire est l’un des plus élevés dans le monde", a publié le député de Fresco sur sa page Facebook. "En ma qualité d’ancien ministre et de député ivoirien, vice-président du MVCI, membre de la Commission d’orientation et de coordination de GPS, je fais remarquer que ces chiffres sont faux. Je fais également remarquer que ces chiffres sont en contradiction avec ceux communiqués par le même gouvernement ivoirien en avril 2019", a-t-il martelé.

Et Alain Lobognon d'ajouter : "Le 3 avril 2019, le gouvernement ivoirien avait adopté en Conseil des ministres à Abidjan, un dossier d’investissement de 1,6 milliard de FCFA sur la période de 2020 à 2024, afin de réduire le ratio de mortalité maternelle et le taux de mortalité infanto-juvénile. On lisait dans son communiqué de fin de réunion que « ces investissements permettront de réduire le ratio de mortalité maternelle de 614 à 417 pour 100 000 naissances vivantes et le taux de mortalité infanto-juvénile de 91 à 59 pour 1 000 à l’horizon 2024. » Alors question. Depuis quand, le taux de mortalité maternelle est passé en Côte d’Ivoire, de 614 pour 100 000 habitants en 2011 à 143 pour 100 000, en 2018 ?"


Pour l'heure, les autorités ivoiriennes n'ont pas encore réagi aux propos d' Alain Lobognon.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp