Cameroun : Un ministre de Paul Biya dans le viseur de Nathalie Yamb

Nathalie Yamb se dresse contre un ministre de Biya
Par K. Richard Kouassi
Publié le 09 janvier 2020 à 12:53 | mis à jour le 09 janvier 2020 à 13:03

Le lundi 2 décembre 2019, Nathalie Yamb a été expulsée de la Côte d'Ivoire. Les autorités ivoiriennes reprochaient à la conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly de mener des activités "incompatibles avec l'intérêt national". L'affaire a fait grand bruit. De passage à Abidjan, Owona Grégoire, ministre camerounais du Travail et de la Sécurité sociale, a livré son point de vue sur l'expulsion de cette figure de Liberté et démocratie pour la République (LIDER). Mais il semble que le ministre de Paul Biya se soit attiré la foudre de la "dame de Sotchi".

Nathalie Yamb attaque un ministre de Paul Biya

Proche de Mamadou Koulibaly, le fondateur de Liberté et démocratie pour la République, un parti politique ivoirien de l'opposition, Nathalie Yamb se montre très critique face au pouvoir d'Alassane Ouattara. La Camerouno-suisse, qui a intégré LIDER depuis huit ans, profite de chacune de ses sorties pour "incendier" les autorités ivoiriennes. Lors du sommet Russie-Afrique à Sotchi, du 23 au 24 octobre 2019, l'opposante ivoirienne a profité de la tribune qui lui était offerte pour tirer à boulets rouges sur la Françafrique. Elle a tenu un discours dont l'effet a été retentissant.

Nathalie Yamb a ouvertement critiqué la politique de la France en Afrique. "Après l’esclavage, après la colonisation, après les pseudo-indépendances, on ne nous a reconnu que le droit d’être libres. Mais seulement au sein de l’enclos français. L’Afrique francophone est encore aujourd’hui, en octobre 2019 sous le contrôle de la France", a lancé la conseillère de Mamadou Koulibaly.

De retour en Côte d'Ivoire, l'ancienne journaliste a continué de porter des critiques acerbes contre la gestion du pouvoir d'Etat par Alassane Ouattara. Peut-être est-ce son attitude qui a conduit les autorités ivoiriennes à la convoquer à la Préfecture de police le vendredi 29 novembre 2019. Finalement, Nathalie Yamb répond à la convocation de la police le lundi 2 décembre. Ce même jour, elle est expulsée de la Côte d'Ivoire en direction de la Suisse.

Répondant aux questions de nos confrères de L'Intelligent d'Abidjan, Owona Grégoire s'est prononcé sur l'expulsion de Nathalie Yamb. Pour le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, ce fait ne peut en aucun cas provoquer un incident diplomatique entre la Côte d'Ivoire et le pays d'origine de la "dame de Sotchi", le Cameroun. "Si cette citoyenne dont nous ne maitrisons pas très spécialement la nationalité a une plainte, elle s'adressera à l'ambassade camerounaise", a précisé le ministre camerounais.


La réplique n'a pas tardé. Dans une publication sur son compte Twitter, la mise en cause a recadré sèchement Owona Grégoire. "J’espère que vous maîtrisez très spécialement votre propre nationalité, Owona Gregoire ? Parce qu’il me souvient que je vous ai croisé dans la file des passagers ayant un passeport de l’Union européenne lors d’un contrôle aux frontières à l’entrée d’un pays européen", a-t-elle écrit.




Articles les plus lus