Après Wattao, Guillaume Soro perd l'un de ses hommes de confiance

Guillaume Soro en deuil
Par K. Richard Kouassi
Publié le 21 mai 2020 à 16:08 | mis à jour le 21 mai 2020 à 18:20

Guillaume Soro connait actuellement des moments difficiles. L'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne, condamné à 20 ans de prison ferme par la justice de son pays, vient d'être frappé par un malheur. Le député de Ferkessédougou, qui est en exil en France depuis le 23 décembre 2019, a perdu l'un de ses proches.

Guillaume Soro en deuil: Le patron des soroistes a perdu un proche

Candidat déclaré à la présidentielle du 31 octobre 2020, Guillaume Soro vit loin de ses partisans, car obligé de s'exiler en France à la suite de profonds désaccords avec son ancien mentor Alassane Ouattara.

En effet, l'ex-chef rebelle a catégoriquement refusé de rejoindre le parti unifié RHDP (Rassemblement pour la démocratie et la paix), comme lui recommandait le chef de l'Etat.

Le député de Ferké n'a pas hésité à quitter son fauteuil de président de l'Assemblée nationale face à la pression du camp présidentiel. Les relations entre Guillaume Soro et ses anciens alliés se sont sérieusement détériorées avec le temps.

Aujourd'hui, l'ancien secrétaire général de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire) est en exil en France. Il a été condamné à 20 ans de prison ferme pour recel de détournement de deniers publics et blanchiment d'argent.

Il devra également payer une amende de 4,5 milliards de francs CFA et est privé de ses droits civiques pour 5 ans. C'est dans ces circonstances que le deuil frappe Guillaume Soro. Le leader des soroistes vient de perdre l'un des membres de sa sécurité rapprochée, en la personne du sergent-chef Doumbia Souhalio dit Charly.


Le décès est survenu le mercredi 20 mai 2020 aux environs de 20 heures au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Treichville, a rapporté le commandant Abdoulaye Fofana, l'aide de camp de Guillaume Soro, qui affirme que ce "vaillant soldat" a joué un rôle important dans le dénouement de la crise postélectorale de 2010. Après la mort d'Issiaka Ouattara dit Wattao, le 5 janvier 2020, c'est un autre coup dur pour Guillaume Soro.




Articles les plus lus