Succession d'Houphouët: KKB trahit un secret sur Hamed Bakayoko

PDCI-RDA : KKB trahit un secret sur Hamed Bakayoko
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 07 juillet 2020 à 18:30 | mis à jour le 07 juillet 2020 à 18:30

Kouadio Konan Bertin dit KKB, ex-député de la commune de Port-Bouët et membre du bureau politique du PDCI-RDA, était face à la presse ce mardi 7 juillet 2020 à Abidjan.

"Hamed Bakayoko a eu la chance de suivre Ouattara" (KKB)

Kouadio Konan bertin a évoqué ce mardi, lors d'une conférence de presse tenue à Abidjan, ses bisbilles avec la direction du PDCI-RDA, son parti. KKB est revenu sur l’invalidation de sa candidature au sein du vieux parti, pour le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020. Dans ses propos, l’ancien président de la jeunesse du PDCI-RDA, n’a pas hésité à fustiger la composition du comité électoral interne du parti, qu'il accuse d'être à la solde de son challenger Henri Konan Bédié dont l'investiture aura probablement lieu fin juillet à Yamoussoukro.

«C’est un comité de campagne d’un des candidats, le candidat Henri Konan Bédié, qui ne peut pas être juge et partie », a argué l’ex-Conseiller du président Bédié. « Je suis un militant du PDCI-RDA. Il y a des problèmes de fond au PDCI-RDA. Ayons tout simplement le courage de les aborder, en nous regardent droit dans les yeux. C’est de ça qu’il s’agit », dit-il.

Parfois présenté comme un « soldat égaré » qui rame à contre-courant de la ligne directive de son parti, l’ancien député de Port-Bouët a répliqué : « Je ne me suis jamais considéré comme un soldat du PDCI-RDA. Au contraire, je crois plutôt que je suis modestement un soldat éclairé. Au regard de l’actualité et des faits qui m’ont chaque fois donné raison, je pense donc que je suis un soldat éclairé et qu’on gagnerait à écouter », laisse-t-il entendre.


Puis KKB d'exprimer quelques regrets en comparant sa trajectoire politique à celle suivie par Hamed Bakayoko, l’actuel ministre ivoirien de la Défense et cadre du rival RHDP. "En 1993, après la mort du Président Houphouët-Boigny, Hamed Bakayoko m'a dit que Bédié n'allait rien nous apporter et que, lui, allait faire le choix de suivre Alassane Ouattara. Je lui ai dit qu'il pouvait partir mais que moi, je restais avec Bedié et que c’était plutôt avec Ouattara qu’il n’obtiendrait rien. Aujourd'hui, c'est lui qui a gagné (...) Sa chance, c'est qu'il a suivi une personne qui lui a retourné l'ascenseur », a déclaré Kouadio Konan Bertin.