Frais annexes : La FESCI engage le bras de fer avec Kandia Camara

La FESCI s'oppose aux frais annexes et COGES
Par K. Richard Kouassi
Publié le 15 octobre 2020 à 17:49 | mis à jour le 15 octobre 2020 à 18:52

La FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire) a donné de la voix contre les frais annexes et la cotisation des COGES (Comité de gestion scolaire) appliqués dans les écoles ivoiriennes. Allah Saint Clair, le secrétaire général du puissant syndicat, a livré un vigoureux message à Kandia Camara, la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

La FESCI s'oppose aux frais annexes et COGES

Mercredi 14 octobre 2020, la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire, a ouvertement dénoncé le paiement des frais annexes et des cotisations COGES imposés aux élèves ivoiriens. Allah Saint Clair a tenu une conférence de presse pour s'insurger contre le paiement de ces sommes imposées aux élèves sur toute l'étendue du territoire ivoirien. "Depuis l’année scolaire 2010-2011, un constat est fait dans les établissements secondaires : le COGES n’étant plus ce comité inclusif de départ est devenu le business d’un groupe d’administrateurs en complicité avec une minorité de parents d’élèves véreux. Ainsi, on assiste chaque année à une augmentation abusive et exponentielle des frais de COGES et frais annexes dans les établissements secondaires et cela sans une consultation préalable de la communauté éducative comme l’indique l’article 52 du chapitre III de la section 2 des statuts régissant le COGES", s'est révolté le 11e secrétaire général de la FESCI dont les propos sont repris par le site fratmat.info.


Au cours de son intervention, le "général" Makélélé a notifié que les montants des cotisations COGES tout comme les frais annexes, plus élevés que les frais d'inscription, varient d'un établissement à un autre sans justification rationnelle. "Pis, les fonds recueillis ne servent aucunement aux causes de leur prélèvement et n’ont aucune traçabilité. De plus, les cotisations COGES sont d’autant plus incompréhensibles que la répartition des frais d’inscription et de réinscription dans les lycées et collèges publics, laisse apercevoir 1 700 F CFA reversés aux COGES comme part", a martelé le premier responsable de la FESCI. Pour l'heure, les responsables éducatifs n'ont pas réagi à cette sortie d'Allah Saint Clair.




Articles les plus lus