Violences au Capitole à Washington: 4 morts enregistrés

Violences au Capitole à Washington: 4 morts enrégistrés
Par Eugène SAHI
Publié le 07 janvier 2021 à 11:30 | mis à jour le 07 janvier 2021 à 11:31

Scènes de violences au Capitole - le président Emmanuel Macron a réagi dans la nuit de mercredi à jeudi à l'intrusion des manifestants pro-Trump dans le Capitole mercredi soir à Washington.

Violences au Capitole à Washington : "Ce qui est arrivé n’est pas américain" (Emmanuel Macron)

Une femme a été tuée dans l’enceinte du Capitole après des tirs, 3 autres personnes sont mortes à l’extérieur, sans que l’on connaisse encore les circonstances après l’intrusion de manifestants pro-Trump dans le Capitole mercredi soir à Washington.

"Nous ne cèderons rien à la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause" la démocratie, a fait savoir le président français Emmanuel Macron dans une vidéo jeudi 7 janvier 2021.

"Quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d’un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d’une élection, c’est une idée universelle - celle d’un homme, une voix - qui est battue en brèche", a ajouté le président français.

"Ce qui est arrivé aujourd’hui à Washington n’est pas américain, assurément", a-t-il conclu, cette fois en anglais, dans une allocution prononcée solennellement derrière un pupitre à l’Elysée, diffusée sur les réseaux sociaux vers 3 heures du matin.

"C’est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect de l’autre, la reconnaissance de la liberté au-dessus de tout, qui est aujourd’hui menacée dans nos démocraties", a-t-il ajouté.

Invité par Joe Biden, le président nouvellement élu, à dénoncer publiquement cette « agression sans précédent » contre la démocratie américaine, Donald Trump a accusé d’avoir soufflé sur les braises avant d’appeler dans une vidéo ambiguë ses partisans à rentrer chez eux.

Des centaines de supporters de Donald Trump ont envahi pendant plusieurs heures mercredi le Capitole, symbole par excellence de la démocratie américaine, interrompant la session parlementaire qui devait confirmer la victoire de Joe Biden.

Ashli Babbitt la "libertarienne devenue "symbole des violences au Capitole

C'est au cours de ces scènes de chaos, durant lesquelles certains policiers protégeant les lieux et les élus, avaient l'arme au poing, qu'Ashli Babbitt a été blessée par balle à l'intérieur du Capitole.


"Des agents en uniforme de la police du Capitole les ont affrontés et, à un moment, l'un d'eux a fait usage de son arme de service" et l'a touchée, a déclaré lors d'une conférence de presse le chef Robert Contee. Elle a été déclarée morte après son transfert à l'hôpital.

Une enquête interne a été ouverte sur cet "événement tragique", a-t-il ajouté. "Je ne sais vraiment pas pourquoi elle a décidé de faire ça", a déclaré la belle-mère d'Ashli Babbitt, citée par une journaliste de la chaîne Fox 5.

Sur son compte Twitter, Ashli Babbitt se présentait comme "ancienne combattante" et "libertarienne", affichant son amour pour son pays. Elle avait récemment retweeté de nombreux messages de personnes se rendant à Washington pour manifester à l'appel de Donald Trump. Mardi, Ashli Babbitt avait répondu à l'une d'entre elles qui se plaignait de l'annulation de son vol : "Rien ne nous arrêtera... Ils peuvent essayer, essayer et essayer mais la tempête est là et elle descend sur (Washington) DC dans moins de 24 heures... Du noir vers la lumière !"

Le chef de la police a annoncé que quatre personnes au total ont perdu la vie au total lors des violences au Capitole initiées par des partisans de Donald Trump.






Articles les plus lus