Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé quitte l'opposition, ce qui s'est passé

Charles Blé Goudé lâche l'opposition : Ce qui s'est passé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 janvier 2021 à 18:08 | mis à jour le 18 janvier 2021 à 18:20

Charles Blé Goudé vient de prendre une importante décision. Le fondateur du COJEP (Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples) a annoncé le retrait de son parti politique de la plateforme de l'opposition à quelques semaines des élections législatives du 6 mars 2021. L'ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo a donné les raisons profondes d'une telle mesure à travers un communiqué.

Pourquoi Charles Blé Goudé et le COJEP tournent le dos à l'opposition

Il ne faut plus compter sur Charles Blé Goudé pour soutenir les actions de la CDRP (Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix). En effet, dans une note rendue publique le lundi 18 janvier 2021, le président du COJEP apprend que son parti politique et La voix du peuple, qui dénoncent un processus électoral précipité et biaisé à tous les niveaux, guidé par la même philosophie du partage et par une volonté hégémonique et expansionniste, suspendent leur participation aux activités liées aux élections législatives tant au sein de la CDRP qu’avec les plateformes de l’opposition.

Charles Blé Goudé n'est pas passé par quatre chemins pour juger l'attitude de l'opposition ivoirienne lors de l'élection présidentielle. Pour lui, "les actions engagées n'ont pas produit les résultats escomptés", car la désobéissance civile et le Conseil national de transition (CNT) n'ont pas porté de fruits. "Et pourtant le vaillant peuple de Côte d'Ivoire aura tout donné. Les Ivoiriens ont bravé les microbes et autres miliciens pour exprimer leur désir de voir la Côte d'Ivoire être gouvernée autrement", fait remarquer l'ex-leader de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire).

Devant cet échec, poursuit Charles Blé Goudé, le COJEP et la coalition citoyenne La voix du peuple ont pensé que les opposants ivoiriens s'engageraient dans la voie d'une introspection profonde et qu'ils réinventeraient de meilleures approches pour rassurer à nouveau le peuple et lui redonner espoir. Cependant, ils ont constaté le contraire.

"L’annonce des élections législatives, qui devrait être saisie comme une opportunité pour renforcer la cohésion et l’unité de l’opposition, a malheureusement mis au grand jour les appétits et autres guerres de positionnement entre des entités pourtant supposées être des partenaires. Les attitudes et les procédures de prises de décisions frisent le mépris et indiquent que la priorité et le sens de l’action politique ne demeurent nullement les intérêts du peuple comme le font croire les déclarations publiques", dénonce Charles Blé Goudé qui pointe du doigt la guerre de positionnement et la logique de domination.

"Nous nous sommes engagés pour des valeurs, pour des principes, afin de contribuer à opérer un changement dans la gouvernance. Or aucun changement véritable, aucune rupture ne peut s’opérer sans conversion de mentalités, sans méthode, sans changement de paradigmes. On ne peut pas combattre une dictature à la tête de l’État avec une dictature interne et un esprit de domination", a enfoncé le chef de file du COJEP.


Au regard de tout ceci, le COJEP et La voix du peuple suspendent leur participation aux activités liées aux élections législatives tant au sein de la CDRP qu’avec les plateformes de l’opposition. Le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples entend reconsidérer sa collaboration avec la CDRP. Toutefois, les deux organisations assurent qu'elles demeurent ouvertes et disposées à toute discussion avec des entités politiques qui pourraient partager la même vision et les mêmes valeurs que les leurs.






Articles les plus lus