Présidentielle au Sénégal : Karim Wade, un retour annoncé en janvier

Karim Wade annonce son retour au pays

Karim Wade entend écourter son temps d'exil afin de venir prendre part au débat politique dans son pays, le Sénégal. Cependant, le fils de l'ancien président sénégalais est sous le coup d'une menace d'arrestation à Dakar.

Avant son retour, Karim Wade lance des piques à Macky Sall

L'élection présidentielle sénégalaise est annoncée pour le 24 février 2019. Aussi, Karim Wade, qui a d'ores et déjà annoncé sa participation à ce scrutin, compte rentrer au bercail dès janvier 2019 pour lancer sa campagne. Mais le hic, c'est que le fils de l'ancien Président Abdoulaye Wade se trouve en exil à Doha, au Qatar, après avoir bénéficié d'une grâce présidentielle, le 24 juin 2016.

Cette grâce n'annule toutefois pas la condamnation pécuniaire infligée par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) à Karim Wade. Il risque donc de retourner en prison s'il rentre au pays sans avoir préalablement payé les 200 millions d’euros d'amende. Qu'à ce ne tienne. Wade fils est déterminé à rentrer au pays, après plusieurs tentatives infructueuses, pour lancer la « Coalition Karim Président 2019 ».

En dépit de tout cela, le candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS) a affiché sa détermination à descendre dans l'arène pour évincer Macky Sall du pouvoir par la voie démocratique. Il a pour ce faire décrit le mandat « chaotique » du président sénégalais. Dans un récent communiqué, Karim Wade a dépeint l'«atteinte aux libertés», la «politisation de la justice», la «dégradation de l’économie», le «délabrement des services publics», l’«appauvrissement de la population».

Mais l'interrogation qui taraude les esprits, est celle de savoir si les autorités sénégalaises permettront à Karim Wade de rentrer au pays pour prendre part à l'élection présidentielle de février 2019.