Côte d'Ivoire : RHDP, Albert Toikeusse Mabri fait reculer le RDR

RHDP, Albert Toikeusse Mabri fait reculer le RDR

C'est une victoire politique d'Albert Toikeusse Mabri sur ses autres alliés du RHDP. Le président de l'UDPCI avait affirmé que la dissolution des partis politiques n'était pas à l'ordre du jour lors du Congrès constitutif du 26 janvier 2019. Mamadou Touré, cadre du RDR, vient de lui donner raison.

Albert Toikeusse Mabri sauve son parti

Les Partis politiques composant le RHDP survivront bel et bien à la mise en place de cette plateforme. Telle est la révélation que vient de faire le ministre Mamadou Touré. Et pourtant, ce n'était pas du tout évident d'arriver à cette décision. L'on avait en effet assisté à une empoignade entre Adama Bictogo, PCO du Congrès constitutif du RHDP unifié, et le président de l'UDPCI. Tandis que le ministre Bictogo indiquait que les autres partis allaient purement et simplement disparaître et fondre dans la nouvelle entité politique, le ministre Mabri soutenait le contraire.

Dans une sorte d'explication des propos d'Adama Bictogo, qui sont pourtant clairs, le porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) a tenu à apporter une précision. « Nous n’allons pas au congrès pour parler de dissolution des partis. C’est aussi ce qu’a dit le président de l’Udpci, Albert Mabri Toikeusse », a-t-il déclaré, avant d'ajouter :

« Ce dont il sera question, c’est le fonctionnement de ces structures, après la date du 26 janvier 2019. C’est ce qui sera l’objet de débat. Il importe de dire comment les partis vont fonctionner, après cette date. Ce, d’autant plus que nous parlerons désormais en termes de parti unifié RHDP. »

Ce rétropédalage est symptomatique de la discorde perceptible entre les membres de ce nouveau mouvement politique cher au Président Alassane Ouattara. En plus de Mabri, le Vice-président Daniel Kablan Duncan et d'autres membres dissidents du PDCI ont émis l'idée de voir leur formation politique subsister.

Quelle forme prendra donc le RHDP unifié s'il doit exister concomitamment avec les partis politiques qui le composent ? Sera-t-il possible d'être à la fois militant du RHDP et d'un autre parti, notamment le RDR, le PDCI ou même le MFA, alors que la loi ivoirienne l'interdit ?

Le prochain congrès permettra donc de trouver la parade nécessaire pour éviter une implosion de ce Parti unifié qui cherche encore ses marques après le retrait définitif d'Henri Konan Bédié du processus de mise en place du RHDP