Côte d’Ivoire : La BRVM ratifie les principes d’autonomisation des femmes

autonomisation des femmes

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) a ratifié vendredi à Abidjan, dans la capitale économique ivoirienne, les sept principes de l'autonomisation des femmes à l’occasion de la célébration de la journée internationale dédiée à la junte féminine.

La BRVM adhère aux principes de l'autonomisation des femmes

Pour la cinquième année consécutive, les places boursières à travers le monde ont fait sonner leurs cloches pour l’égalité des genres à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme. La BRVM a "ratifié à cette occasion la déclaration de soutien aux sept principes de l'autonomisation des Femmes", a indiqué l’institution financière de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), dans une note.

Cet événement vise à "sensibiliser les acteurs du système financier régional sur la question de l’autonomisation économique des femmes et sur les opportunités pour le secteur financier de faire progresser l'égalité des genres pour un développement plus harmonieux et plus durable", a expliqué la BRVM.

Cette édition 2019, placée sous le thème "penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement" est un véritable changement de paradigme qui doit déboucher sur des actions concrètes dans les domaines économiques, de la protection sociale, de l’accès aux services universels, a-t-elle poursuivi.

La BRVM a soutenu que cette action en faveur de la femme marque" son engagement à contribuer davantage à la promotion du genre et vise egalement à promouvoir l’égalité des femmes sur les lieux du travail, sur le marché et dans la communauté".

"Cela traduit notre détermination à œuvrer pour que le travail des femmes soit mieux valorisé et surtout qu’il soit considéré comme un facteur incontournable dans la création de richesse dans nos économies" a souligné le directeur général de la BRVM, Edoh Kossi Amenounve.

L’occasion a été choisie pour lancer la revue trimestrielle "Divine Afrique", une initiative de l’ancienne journaliste de Fraternité Matin, Dominique Mobioh-Ezoua.