Niger : L'armée neutralise 33 terroristes de Boko Haram à Diffa

L'armée nigérienne neutralise des terroristes de Boko haram à Diffa
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 13 mars 2019 à 13:58 | mis à jour le 13 mars 2019 à 13:58

L'armée nigérienne a lancé, mardi, une expédition punitive contre Boko Haram dans la région de Diffa, frontalière au Nigeria. Dans cette opération qui fait suite aux régulières incursions de la secte islamiste dans cette région située dans l'Extrême sud-est du pays, les FAN ont tué au moins 33 terroristes et une importante quantité d'armes et de matériels divers a été récupérée.

Boko Haram perd la bataille à Diffa face aux FAN

Depuis samedi dernier, les Forces armées nigériennes (FAN) engagées dans la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram, conduisent une vaste opération de ratissage dans la zone du Lac Tchad, selon le communiqué, suite à une attaque perpétrée la veille par les membres de la secte contre une position des Forces de Défense et de Sécurité près de Gueskérou, dans la même zone, au cours de laquelle sept gendarmes ont été tués.

Une première riposte énergique aussitôt menée par un détachement militaire dans la région du lac Tchad a permis de repousser l'attaque, indique le communiqué officiel.

"Les actions offensives menées ce mardi ont permis d'infliger de grosses pertes à l'ennemi, avec 33 terroristes tués et un véhicule avant blindé utilisé comme véhicule kamikaze détruit", précise le communiqué du ministère de la Défense, annonçant également la récupération d'une importante quantité d'armes et de matériels divers dont "deux véhicules, deux motos, un mortier de 120 mm, dix fusils Ak-47 avec douze chargeurs garnis, deux obus de 60 mm, et 3 736 munitions de tous calibres".

La même source assure par ailleurs qu'aucune perte "ni en vie humaine ni en matériel" n'est à déplorer dans les rangs des forces armées.


Les localités de la région de Diffa subissent depuis plus de quatre ans les attaques meurtrières de la secte à partir de ses positions du Nigeria, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires et plusieurs dizaines de milliers de déplacés du Niger et du Nigeria.