APF, voici pourquoi le régime Ouattara ne veut pas de Guillaume Soro

Ouattara ne veut pas de Soro à la tête de l’APF
Par David Yala
Publié le 17 juin 2019 à 09:00 | mis à jour le 17 juin 2019 à 09:00

Guillaume Soro a réussi à garder son poste de premier vice-président de l’APF (Assemblée parlementaire de la francophonie) au terme de la 27ème Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), qui s’est tenue les 14 et 15 juin 2019 à Rabat au Maroc. Mais que d’épreuves pour y parvenir. Un proche de l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire essaie de nous donner les enjeux de la candidature de Guillaume Soro à la présidence de l’APF.

Mamadou Traoré explique pourquoi le régime Ouattara ne veut pas de Guillaume Soro à la tête de l’APF

Au-delà des émotions, il est bon de savoir ce qui s'est réellement passé à Rabat et qui a vu la grande défaite de la délégation ivoirienne conduite par Amadou Soumahoro face à notre Tienigbanani national. Je rappelle que Tienigbanani est un personnage de notre sœur Fatou Keita qui fut la prof de Guillaume Soro à l'université et qui fut également sa conseillère à l'Assemblée Nationale.

Tienigbanani est cet enfant terrible, ce bébé du village qui terrassait au combat tous ses aînés. Il en est de même pour Guillaume Soro face à Amadou Soumahoro à Rabat. Quelles furent les victoires de Guillaume Soro à Rabat ? 1. Il a pu conserver son poste de 1er Vice Président de l'APF malgré les pressions d'Amadou Soumahoro qui voulait hériter de ce poste en sa qualité de nouveau PAN. Dans cette bataille, il a terrassé Tchomba.

2. Amadou Soumahoro et sa délégation n'ont pas réussi à obtenir la reconnaissance officielle de leur section par l'APF. L'ancienne section constituée par Guillaume Soro demeure la section légale et reconnue. Là encore, face à Tienigbanani,Tchomba a tapé poto. 3. Amadou Soumahoro n'est pas sûr d'obtenir que le 45 sommet de l'APF se tienne à Abidjan.

En effet, l'APF a décidé d'envoyer à Abidjan une mission d'inspection pour voir si l'atmosphère politique y était favorable et pour voir également si l'administration parlementaire était prête à organiser ce sommet. En français simple, ça veut dire que c'est possible que le sommet d'Abidjan soit délocalisé à cause de l'attitude belliqueuse de la délégation ivoirienne qui était présente au Maroc.

Un autre poto en vu pour Tchomba. J'informe les uns et les autres que la mission d'inspection de l'APF débutera demain Lundi. Il faut noter que c'est Guillaume Soro qui avait sollicité et obtenu que le 45ème sommet de l'APF se tienne à Abidjan. N'étant plus PAN de la Cote d'Ivoire, l'APF n'est plus rassuré de la bonne tenue de ce sommet.

Il est également bon de savoir qu'au départ, Amadou Soumahoro, aidé par ses mentors avec leurs téléphones hyper sonics, avait réussi à avoir la promesse de ses paires africains d'accéder à ses doléances qui étaient le poste de 1er Vice Président de l'APF et de Président de l'APF en Juillet. Mais c'était mal connaître Guillaume Soro qui, presque seul, a réussi, aidé par Kabral, le Secrétaire général de l'APF qui s'est appuyé sur les textes, à ramener à lui toutes les positions qui étaient au départ favorables au régime d'Abidjan.

Il faut noter que la délégation ivoirienne était soutenue par le PAN du Maroc. Mais ce dernier a été mis en minorité par ses collègues africains qui ont refusé de violer les textes qui les régissent. Et Guillaume Soro, notre Tienigbanani national gagna la bataille face à Tchomba et à ses parrains. Ce qui pourrait arriver en Juillet si on n'y prend garde, c'est qu'à cause de nos querelles de personne, la Cote d'Ivoire risque de perdre ce poste de Président de l'APF pour lequel Guillaume Soro s'était battu avec la diplomatie parlementaire qu'il a mis en place lorsqu'il était Président de l'Assemblée Nationale.

Mais comme nous sommes tous des nègres et comme nous sommes connus pour notre jalousie maladive, on préférera que la Cote d'Ivoire perde ce poste au lieu que Guillaume Soro l'ai. Ça, c'est l'attitude du nègre. Et c'est dommage. Ce qu'il faut retenir de cette bataille de Rabat, c'est que Guillaume Soro a obtenu une grande victoire sur ses adversaires du RHDP hors des frontières ivoiriennes.

Il a montré aux députés africains, à travers leurs délégations au Maroc, que les dirigeants ivoiriens n'ont aucun respect des textes qu'ils élaborent et qu'ils adoptent. Ils n'ont également aucun respect des textes élaborés par les organisations internationales. Ce qui n'augure pas de bonnes perspectives pour les élections de 2020 qui avancent à grands pas.

"L'enjeu de la candidature de Guillaume Soro"

C'est une sorte d'appel qu'il lance à l'OIF à travers l'APF afin qu'il vienne observer le déroulement des élections présidentielles en 2020 car il craint que les textes ne soient violés par les organisateurs de ces élections. C'est là l'enjeu de la candidature de Guillaume Soro. C'est d'ailleurs cette crainte d'être surveillés comme de l'huile sur le feu que les autorités ivoiriennes ne veulent pas que Guillaume Soro soit le Président de l'APF.


Parce qu'à ce poste, il aura accès à tous les palais francophones, il sera une personnalité internationale et son carnet d'adresses sera épais. En outre, s'il décide d'être candidat au poste de Président de la République, ce qui est une évidence, c'est le monde francophone, surtout la France, qui surveillera les élections dont l'un des dirigeants d'une des structures francophones est candidat. Ses adversaires n'auront pas les mains libres pour faire un passage en force.

Voici pourquoi ils veulent tout faire pour que Guillaume Soro ne soit pas le Président de l'APF. Car Bogota à la tête de l'APF c'est la garantie d'élections ouvertes et transparentes. Ce qui n'est pas fait pour arranger nos amis du RHDP qui savent très bien que leur majorité n'est que factice. Voici, chers tous, l'enjeu de la Présidence de l'APF au profit de Guillaume Soro.

NB: Les titre, sous titres et chapeau sont de la rédactio