Debordo très en colère: "Arafat Dj est intouchable"

Couper Décaler, Affaire d’arme à feu : les mises en garde de Debordo Leekunfa

Debordo Leekunfa met en garde les artistes armés
Par Mael Espoir
Publié le 26 juin 2019 à 16:00 | mis à jour le 26 juin 2019 à 17:03

Debordo Leekunfa, à travers un message publié sur les réseaux sociaux, a mis en garde tous ces artistes qui brandissement fièrement des armes à feu. Il a soutenu que les autorités ivoiriennes sont bien conscientes de la situation, et que le premier artiste qui ouvrira le feu sera épinglé.

Couper Décaler, Affaire d’arme à feu : les mises en garde de Debordo Leekunfa

La guerre entres les artistes Couper décaler s'est déportée hors des réseaux sociaux. Ces derniers temps, l’on assiste à des bagarres rangées entre des artistes très en vogue de ce genre musical. Certains n’hésitent pas à brandir fièrement leurs armes à feu pour intimider leurs concurrents. Et ce, sous le regard indifférent des autorités ivoiriennes.

Face à cette situation assez dangereuse pour la survie du couper décaler, Debordo Leekunfa, l’un des principaux acteurs des différents clashes, a donc décidé de tirer sur la sonnette d’alarme. « Actuellement dans pays-là tout le monde a son arme à feu, mais personne n’a le courage de tirer. Vous pensez que le gouvernement ne nous voit pas ? Mais il nous regarde ! Ils attendent le premier coup de feu pour dérouler le rouleau compresseur ! Et c’est à ce moment-là que vous saurez la vérité vraie (…) », a prévenu le Mimi dans une publication sur les réseaux sociaux.

Poursuivant, le Maitré Maitré a interpelé l’homme de main d’ Arafat dj , Ali le code, qui, est fortement impliqué dans les différentes bagarres rangées du boss de la Yorogang. «Ali Le Code, fais attention, ne te mets pas dans les problèmes. Je sais de quoi je parle. Actuellement à Abidjan, les gens sont venimeux, Arafat Dj est intouchable par ce que c’est une sommité. Des personnes vont te sacrifier comme un cabri en te mettant au devant, rien que pour te tromper et alors tu vas prendre un faux hors jeu (…) Et ce jour-là, nous irons à tes funérailles…», a mis en garde l’auteur du Pikimin.



Articles les plus lus