Des proches de Guillaume Soro évitent un bain de sang à Koumassi

Le RACI dénonce un harcèlement des proches du président Guillaume Soro
Par David Yala
Publié le 04 août 2019 à 12:07 | mis à jour le 04 août 2019 à 12:07

Un meeting des partis politiques proches de Guillaume Soro initialement prévu pour ce week-end dans la commune de Koumassi dirigée par le maire RHDP Cissé Bacongo, a été annulé in extremis. Le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), un des partis impliqués dans l'organisation dudit meeting, croit savoir que des habitants du quartier où devrait se tenir le meeting en question, ont subi ou subissent des ‘’pressions politiques’’ conduisant ainsi à l'annulation du meeting. Ci-dessous l’intégralité de la déclaration du RACI.

Le RACI dénonce un harcèlement des proches du président Guillaume Soro

1- Les faits.

En vue de la tenue à Abidjan-Koumassi le samedi 3 août 2019 d'un meeting des partis et mouvements proches du président Guillaume Soro, à savoir le Rassemblement pour la Côte d'Ivoire (RACI), le Mouvement pour la promotion des Valeurs Nouvelles en Côte d'Ivoire (MVCI), l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), la Coordination des Mouvements et Associations de soutien au président Guillaume Kigbafori Soro (CMA-GKS), le comité d'organisation dudit meeting par le biais de M. BEUGRÉ YOBOUET a sollicité et obtenu l'autorisation d'occuper la place Inchallah.

Le 25 juillet 2019, pour faire suite à la procédure d'autorisation de la manifestation, le directeur financier de la mairie de Koumassi, monsieur NDA M. ARSÈNE, a adressé un courrier à M. BEUGRÉ YOBOUET lui demandant de prendre attache avec les services financiers de la mairie. Ce qui fut fait avec pour conséquence la délivrance le 26 Juillet de l'autorisation d'occuper la place Inchallah. À la surprise de M. BEUGRÉ YOBOUET, quelques heures après, il est rappelé à la mairie par le signataire qui plaide la restitution du document déjà délivré au prétexte de travaux à la place Inchallah.

Le requérant accède de bonne foi à cette requête surtout qu'il lui est proposé en compensation, le terrain du quartier Sogephia. Ce qui a d'ailleurs justifié la communication intégrant cette dernière place publique comme lieu de l'événement. En échange, le comité d'organisation demande l'actualisation de l'autorisation délivrée imposée par le changement de lieu. Ce qui va essuyer une fin de non recevoir de la mairie qui argua que cela ne saurait constituer un obstacle à l'occupation du nouveau lieu. Nous en étions là quand ce vendredi 02 Août 2019, veille de l'événement, la commission sécurité se rend au district de police logé au commissariat de police du 36ème arrondissement pour sacrifier aux exigences sécuritaires.

Là, le responsable du district de police demande une autorisation de la mairie ou des habitants du quartier. Les explications quant aux assurances données à cet effet par les services compétents de la mairie n'y feront rien. Le commissaire dit être informé d'une opposition de la jeunesse du quartier et réclame une nouvelle autorisation qui lui permettrait de sécuriser l'événement. Des habitants du quartier approchés avouent être sous pression politique.

2/ La réaction du parti

Face aux faits si hauts relatés, le RACI et les autres partis et mouvements initiateurs de la manifestation, soucieux de préserver la paix sociale et d'éviter la réédition du cas "Soro Kognon" à Korhogo, ont décidé de son report dans l'espoir d'un retour à la sagesse et aux bonnes mœurs démocratiques des autorités publiques compétentes.

Le RACI, tout en prenant à témoins l'opinion nationale et internationale relativement aux harcèlements et persécutions dont sont victimes les partis et mouvements politiques proches du président Guillaume Soro: - interpelle le pouvoir politique du RHDP sur ces dérives antidémocratiques susceptibles de replonger la Côte d'Ivoire dans les affrontements inutiles et le désordre. - réaffirme sa volonté de préserver la paix sociale et la quiétude des ivoiriens.

- invite les militants et sympathisants du RACI ainsi que l'ensemble des ivoiriens épris de paix, de justice, des libertés publiques et individuelles, de l'État de droit et de la démocratie à se tenir mobilisés et à l'écoute des mots d'ordre de la direction du parti. Rien, absolument rien n'empêchera la démocratie de triompher en 2020. Le RACI demeurera mobilisé et à l'avant-garde de ce combat inéluctablement victorieux. Fait à Abidjan le vendredi 2 août 2019. Le Secrétaire Général Adjoint chargé de la formation, porte-parole adjoint du RACI.

L'honorable KOFFI KOFFI.