Pour sa reconstruction, la Centrafrique lance un appel aux investisseurs depuis Abidjan

 Faustin Archange Touadera, président de la République de Centrafrique
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 20 décembre 2019 à 19:16 | mis à jour le 20 décembre 2019 à 19:16

« Investir dans les objectifs du développement durable notamment les infrastructures, les énergies renouvelables et le changement climatique en Centrafrique », tel est l’objectif visé par les autorités centrafricaines à travers le Forum Africa développement for Bangui, piloté par l’agence de communication Faucon international.

La Centrafrique veut relancer son économie, les assurances du ministre Gilbert Poumangue depuis Abidjan

Le pré-lancement de cette cérémonie a eu lieu dans la soirée du jeudi 19 décembre 2019 dans un complexe hôtelier du centre des affaires d’Abidjan, en présence de Gilbert Poumangue, ministre conseiller du président centrafricain en charge des relations avec les institutions de financement du développement. Au terme de cet important forum économique qui se tiendra en mai prochain à Bangui, le gouvernement centrafricain cible des investissements se situant dans la tranche de 12000 à 30 000 milliards. L’État centrafricain, a rassuré le ministre conseiller du président Faustin Archange Touadera, maintient un taux moyen de croissance d'environ 4,5 %, pour l’année 2019 et les prévisions sont également bonnes pour l’année 2020.

Le représentant du gouvernement centrafricain a, à l’occasion, présenté les potentialités que regorge la République de Centrafrique en termes de ressources minières, agricoles et pétrolières qui restent à ce jour inexploitées. Il a rappelé que son pays revient de plusieurs décennies de crise qui a mis en lambeaux son tissu socio-économique. « Tout est à reconstruire aujourd’hui en République centrafricaine », reconnaît-il. Non sans rassurer que de nombreux efforts dans le domaine de la fiscalité, sont consentis par le régime du président Faustin Archange Touadera, en vue d’attirer les investissements étrangers.

« La charte et le code des investissements ont été revus, un guichet unique pour faciliter la création des entreprises a été créé, un certain nombre de codes miniers revus, l’administration civile et militaire est en train d’être redéployée sur toute l’étendue du territoire national, une place de choix est accordée à la promotion du secteur privé (...)», a énuméré le ministre centrafricain.

Au niveau sécuritaire, l’émissaire du président Gilbert Archange Touadera a indiqué que la situation a beaucoup évolué. De part et d’autre, soutient-il, gouvernement et groupes armés multiplient les efforts pour le retour à la sécurité. D’ailleurs, rappelle-t-il, un accord a été trouvé le 6 février dernier entre les deux parties à Karthoum au Soudan.


En clair, la République de Centrafrique renaît de ses cendres après plusieurs décennies de crises politico-militaires, religieuses et ethniques. Et le Forum Africa développement for Bangui se présente comme une réelle opportunité pour la RCA d'amorcer le décollage de son économie. Le lancement officiel de ce forum aura lieu le 25 janvier prochain à Abidjan en présence de plusieurs chefs d’État africains.