Opposé à Ouattara, Soro reçoit le soutien de chefs d'Etat africains

Guillaume Soro, ses soutiens rentrent en action

Guillaume Soro, le soutien de chefs d'Etats
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 02 janvier 2020 à 08:30 | mis à jour le 02 janvier 2020 à 10:23

Guillaume Soro avait promis de faire le grand déballage lors de son message à la Nation, le 31 décembre 2019. Le Président du GPS a effectivement tenu promesse à quelques heures de l'entrée dans cette année électorale.

Guillaume Soro, ses soutiens rentrent en action

23 décembre 2019, Guillaume Soro avait fait dérouter son jet privé vers le Ghana à la vue d'un impressionnant dispositif sécuritaire déployé aussi bien à l'aéroport Félix Houphouët-Boigny qu'à sa résidence de Marcory Résidentiel pour le cueillir. Un mandat d'arrêt international a par ailleurs été lancé par la justice ivoirienne contre le Président de Générations et peuples solidaires (GPS). Plusieurs de ses partisans ont également été mis aux arrêts. Telle est la face visible de l'iceberg.

Des tractations qui ne pouvaient être vues du commun des citoyens, ont cependant été menées pour éviter un clash frontal entre Alassane Ouattara et son ex-Premier ministre. L'ancien Président de l'Assemblée nationale a en effet révélé, lors de son adresse à ses compatriotes, le 31 décembre 2019, que certains dirigeants africains sont intervenus pour lui apporter leur soutien dans ses bisbilles avec le président ivoirien.

« Permettez-moi, avant de poursuivre mes propos, de dire ma reconnaissance à certains chefs d'Etat africains, mes aînés, qui m'ont appelé pour, non seulement s'enquérir de mon état d'esprit, mais aussi pour me recommander de la retenue, de la pondération et de la tolérance », a-t-il déclaré, sans pour autant les citer. Puis, il ajoute que leurs conseils ne sont pas tombés dans des oreilles de sourd. « Je prends en compte leurs conseils », a-t-il indiqué.


Notons que Guillaume Soro s'est exilé en Europe après son retour manqué en Côte d'Ivoire. Candidat déclaré à la Présidentielle de 2020, l'ancien chef rebelle est déterminé à battre campagne de l'extérieur pour gagner ce scrutin, dont il dit qu'il est le super favori.




Articles les plus lus