Révision de la Constitution : Ouattara déterminé à braver l'opposition

Révision de la Constitution : Ouattara déterminé à braver l'opposition
Par K. Richard Kouassi
Publié le 02 mars 2020 à 16:30 | mis à jour le 02 mars 2020 à 18:01

Alassane Ouattara a clairement énoncé son ambition d'apporter une modification à la Constitution ivoirienne. Le chef de l'Etat, malgré l'opposition de ses adversaires politiques, est déterminé à franchir le pas. Le patron du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) se prépare à opérer des modifications dans la loi fondamentale de la Côte d'Ivoire.

Modification de la Constitution, Ouattara parle aux Ivoiriens

"Dans le courant du premier trimestre cette année, je proposerai au Parlement des modifications de la Constitution pour la rendre plus cohérente", déclarait Alassane Ouattara début janvier lors d'une cérémonie de présentation de vœux des corps constitués. Il a expliqué que cette décision vise à "consolider davantage l’État de droit et à rapprocher les institutions de nos concitoyens".

Le chef de l'Etat a tenu à préciser que la modification constitutionnelle n'a pas pour objectif de "caler" un candidat à la présidentielle du 31 octobre 2020. Le projet de la révision de la Constitution est rejeté par l'opposition ivoirienne qui considère que c'est une manœuvre de l'actuel président pour éliminer ses adversaires. "Je viens d’avoir 78 ans et je ne compte exclure personne, y compris moi-même", répond Alassane Ouattara.

Il faut noter que selon une note du secrétaire du gouvernement, Atté Eliane Bimanagbo, une réunion en congrès du Parlement est prévue le jeudi 5 mars à Yamoussoukro (centre du pays). On apprend auprès de l'AFP qu'au cours de ladite cérémonie, le président ivoirien s'adressera à la Nation.


Dans sa parution numéro 3086 du 1er au 7 mars 2020, Jeune Afrique révèle qu'Alassane Ouattara a pratiquement bouclé son projet de révision de la Constitution. Notre source fait savoir que l'ex-directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) a finalement renoncé à introduire une limite d'âge en ce qui concerne les conditions pour la candidature à la présidentielle. Le magazine panafricain soutient que le projet de texte devrait atterrir sur la table du gouvernement d'ici à la fin mars 2020.




Articles les plus lus