CEI: Coulibaly Kuibiert "rabat le caquet" à Bédié et à l'opposition

CEI: Coulibaly Kuibiert
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 01 octobre 2020 à 13:59 | mis à jour le 01 octobre 2020 à 14:01

Coulibaly Kuibiert, président de la Commission électorale indépendante (CEI), a désavoué Henri Konan Bédié et le reste de l'opposition ivoirienne, sur la question de la capacité de son institution à organiser des élections libres, crédibles et transparentes.

Crédibilité de la CEI: Le magistrat Coulibaly Kuibiert prend à contre-pied Bédié, Affi et le reste de l'opposition

«Nous pouvons affirmer ce jour, du haut de cette tribune, que toutes les conditions sont réunies pour des élections transparentes et crédibles », a déclaré Coulibaly Kuibiert, président de la Commission électorale indépendante, mercredi 30 septembre 2020, lors d’un échange à l’Hémicycle avec les Parlementaires. Le magistrat exposait devant les élus de la nation sur le thème « Mission et stratégie de la Commission électorale indépendante (CEI) pour une élection démocratique ».

Il s’est agi pour le premier responsable de l’institution en charge de l’organisation du prochain scrutin présidentiel, d'expliquer le mode opératoire et la sécurisation du scrutin qui désignera le successeur du président Alassane Ouattara. L’opposition, faut-il le rappeler, rejette formellement la composition actuelle de la CEI, qu’elle juge à la solde du régime RHDP.

Pour Pascal Affi N’guessan, Henri Konan Bédié ou encore Guillaume Soro, la réforme en profondeur de l’institution tant au niveau de la commission centrale que des commissions locales, est un impératif avant toute organisation d’élections. Avis que ne partage pas Coulibaly Kuibiert, le président de la CEI. Pour le magistrat hors grade, toutes les conditions sont bel et bien réunies pour la bonne conduite du processus électoral.

D’ailleurs, soutient-il, son institution s’est engagée pour un « processus inclusif »; lequel engagement l’a amené à organiser une concertation avec les groupements et partis politiques pour l’adoption du mode opératoire de la Révision de la liste électorale. « Notre souci permanent aura été l’égale compréhension des règles régissant le processus et une appropriation des différents modes opératoires des activités», a-t-il expliqué.


À ce jour, plus aucune formation politique membre de l’opposition, ne siège au sein des instances de la Commission électorale indépendante. Mrs Alain Dogou et Yapo Yapi, respectivement représentant de l’ AFD de Pascal Affi N’guessan et de la LMP du ministre Kabran Appia, ont suspendu leur participation au sein de la commission centrale de la CEI. Idem pour les commissions locales. À travers cette décision, l'opposition entend exprimer son refus de se rendre complice du «hold-up » électoral que préparerait le régime Ouattara pour se maintenir au pouvoir.




Articles les plus lus