Côte d’Ivoire : Le RHDP est-il sur le point d’imploser ?

Bédié et Ouattara, les principaux leaders du RHDP lors d'une audiance
Par Timothée Jean
Publié le 12 mars 2018 à 13:35 | mis à jour le 12 mars 2018 à 13:35

Le fossé se creuse davantage au sein du RHDP. 24 heures après la cérémonie d’hommage à Henri Konan Bédié, où des cadres du PDCI ont réaffirmé leur volonté de revenir au pouvoir en 2020, des cadors du RDR ont apporté une réponse cinglante.

Les conflits larvés au sein du RHDP font surface

Jusque-là camouflées, les tensions qui rongent le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) apparaissent désormais au grand jour. Surgies dès le projet de former un Parti unifié, les dissensions entre le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et le Rassemblement des républicains (RDR), les deux poids lourds de la coalition au pouvoir, ne font que s’aggraver ces temps-ci.

Malgré la volonté d'Alassane Ouattara et de son aîné Henri Konan Bédié de renforcer la cohésion entre leurs formations politiques, le projet d’un RHDP unitaire piétine jusque-là. Et des cadres des deux partis politiques continuent de se regarder en chiens de faïence.

Les deux partis qui se sont présentés parfois sous la même bannière aux législatives de 2016, refusent de créer un groupe parlementaire unitaire. Soixante-cinq (65) parlementaires sur un total de 85 issus du PDCI-RDA ont refusé de s’afficher avec ceux du RDR, pourtant, leur allié politique.

Cette dichotomie est d’autant plus perceptible que les cadors du parti n’hésitent pas à s’envoyer des piques. Il y a quelques semaines, Cissé Bacongo, l'un des vice-présidents du RDR, avait apporté une réplique au secrétaire exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué, qui avait déclaré : « Les élections en RHDP, c'est un dossier, et le parti unifié, c'est un autre dossier à part, et pour le Pdci, les deux ne sont pas mélangés ».

Ce samedi 10 mars, les cadres du PDCI ont tenu à cracher certaines vérités au RDR, qui n’était pas présent à la cérémonie d’hommage à Bédié. Prenant la parole, le secrétaire exécutif du PDCI, Guikahué, n’a pas mâché les mots, rappelant la promesse qu’aurait faite le Président Alassane Ouattara à son aîné Henri Konan Bédié de céder le pouvoir au PDCI en 2020.

Récurrentes escalades verbales au sein du RHDP

Quant à Jean-Louis Billon, porte-parole adjoint du PDCI, il a tenu à démontrer le poids politique de son parti. « C’est grâce au PDCI et au Président Bédié que l’autre candidat a été élu. Sans le PDCI, le RHDP n’est rien. Sans le PDCI, il n’y a pas de RHDP ».

Une sortie de trop pour les républicains qui n’ont pas hésité à apporter des répliques cinglantes à l'ancien conseil régional du Hambol. Adama Bictogo, cadre du parti au pouvoir, a fustigé les principaux orateurs de la cérémonie de Yamoussoukro. « Jean-Louis Billon est un petit politicien. Un politicien de salon. Qu’il aille à l’Hôtel ivoire jouer au bowling, c’est ce qu’il sait faire (…) Maurice Kacou Guikahué (…) c’est un homme du passé, un irresponsable qui ne mérite pas de diriger ». Et la ministre Kandia Camara d'ajouter : « Billon est un politicien alimentaire, il me fait pitié ».


Toutes ces critiques montrent bien que la tension est montée d’un cran dans les deux camps, faisant émerger l’hypothèse d’une scission. Le navire RHDP serait-il sur point de se casser ?




Articles les plus lus