Bénin: les autorités démentent un projet d'arrestation de Boni Yayi

Boni Yayi est-il dans le viseur du pouvoir?

Au Bénin, les alentours du domicile de l' ancien président Boni Yayi ont été le théâtre de violences dans la journée du mercredi 1er mai 2019. Une foule de partisans de l' ex-chef d 'Etat ont pris d' assaut le quartier Cadjèhoun de Cotonou pour faire barrage, disent-ils, à un projet d' arrestation de Boni Yayi par les autorités du pays.

Boni Yayi dans le collimateur du pouvoir ?

Ses partisans sont convaincus, le pouvoir de Patrice Talon a tenté d' arrêter Yayi Boni. Selon la version livrée par le ministre béninois de l' Intérieur, les agents de police, qui ont pris position au quartier Cadjèhoun de Cotonou, avaient pour mission de contenir une manifestation prévue par Boni Yayi. Sacca Lafia a rejeté la version selon laquelle les policiers avaient reçu l' ordre d' arrêter l' ancien président.

"Il s 'agit d'une fake news. Un projet d' arrestation de l' intéressé n' a jamais existé contrairement à ce qui est relayé", a dit le ministre béninois.

"Heureusement les forces de l’ ordre respectant la consigne ferme du chef de l’ Etat, qui est aussi le chef suprême des armées, de ne faire usage d’ aucune arme létale lorsque nous avons des manifestations dans notre pays ont pu, malgré les projectiles de toutes natures qui leur étaient lancées par les manifestants, contenir après un petit moment le mouvement", a affirmé le ministre des Affaires étrangères Aurelien Agbénonci, jeudi 2 mai 2019, face à la presse.

Les partisans de Boni Yayi dont le domicile aurait été encerclé par la police n' ont accordé aucun crédit à ces propos de Sacca Lafia. Ils sont restés déterminés à défier la police. Ils ont érigé des barricades dans les rues. En réaction, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. D' autres quartiers ont été touchés par les manifestations.

Le bilan fait état d' un mort et d' un blessé. Une femme a perdu la vie et un homme est grièvement blessé.

Boni Yayi avait demandé à l'opposition béninoise de boycotter les élections législatives, qui se sont tenues dimanche 28 avril 2019. Elles n'ont pas vu la participation de l'opposition pour des raisons administratives.