Retour de Laurent Gbagbo: EDS implique la France insoumise

Laurent Gbagbo : EDS et France insoumise plaident son cas
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 juin 2019 à 15:36 | mis à jour le 14 juin 2019 à 16:11

Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) et la France insoumise demandent la libération et le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Le Pr Georges Armand Ouégnin qui était à la tête d'une délégation a été reçu à Paris pour impliquer le parti de Jean-Luc Mélenchon dans cette lutte qu'il mene en faveur de l'ex-Président ivoirien.

Selon EDS et la France Insoumise ensemble pour la libération de Laurent Gbagbo

Le président de EDS, M. Georges Armand Ouégnin et sa délégation ont été reçus le vendredi 14 juin, au Parlement Français, par les députés membres de la France insoumise. Au menu des échanges entre ces deux mouvements politiques de gauche, la situation sociopolitique de la Côte d'Ivoire.

Évoquant l’actualité de la Côte d'Ivoire, le Pr Georges Armand Ouégnin a mis l’accent sur le nécessaire retour en Côte d'Ivoire de l'ex-président Laurent Gbagbo et son filleul Charles Blé Goudé, dont les présences, selon la délégation ivoirienne retarde la réconciliation en Côte d'Ivoire. Cette position, le président d' EDS la justifie par l'atmosphère sociopolitique délétère qui prévaut en terre ivoirienne depuis la fin du régime Gbagbo le 11 avril 2011. Outre la demande de soutien pour le retour en Côte d'Ivoire de ces deux personnalités fortes de la politique ivoirienne, EDS a également plaidé pour la libération des prisonniers militaires et le retour au pays des exilés de la crise post-électorale de 2010-2011.

« Nous sommes très heureux d’avoir échangé avec vous sur la situation sociopolitique dans notre pays la Côte d’Ivoire. À 18 mois des élections présidentielles, donc à la croisée des chemins, la Côte d’Ivoire va mal si l’on s’en tient aux violences intercommunautaires et au climat social délétère. Les élections à venir nécessitent que la réconciliation se fasse. Cette réconciliation impose le retour de Gbagbo, de Blé et de tous les exilés politiques qui sont hors de notre pays, la libération de tous les prisonniers militaires. Tous ces éléments doivent nous permettre d’aller en 2020 vers des élections apaisées. C’est un appel que nous lançons. Nous prônons le dialogue », a fait remarquer Armand Ouégnin.

Éric Coquerel, représentant de la « France Insoumise », s'est pour sa part félicité de la libération de Laurent Gbagbo. Au nom du parti « Nous nous félicitons de la sortie du président Laurent Gbagbo de la Haye et nous souhaitons qu’il puisse vivement retourner dans son pays. La première condition c’est la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés. Nous exigeons avec vous le désarmement des milices », a-t-il soutenu.



Articles les plus lus