Côte d'Ivoire : La guerre Ouattara-Soro va faire perdre le RHDP en 2020

Le rêve d'un retour de Soro au RHDP est désormais hypothéqué
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 18 juin 2019 à 13:00 | mis à jour le 18 juin 2019 à 13:00

Entre Guillaume Soro et le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), du chef de l'Etat Alassane Ouattara, le divorce est désormais consommé, et la tension qui prévalu lors des assises de Rabat des 14 et 15 juin dernier ont participé à surchauffer l'atmosphère déjà tendue entre les frères rivaux d'Abidjan.

L'idylle s'est muée en une féroce rivalité entre pro-Soro et pro-Ouattara

L'espoir de voir Guillaume Soro retourner au sein de sa politique d'origine, le RHDP du chef de l'Etat Alassane Ouattara s'est sérieusement amenuisé après les évènements survenus le week-end dernier à l'occasion de la 27ème Assemblée régionale Afrique de l'APF. La bataille qui y a prévalu entre l'ex-chef du parlement ivoirien et son successeur Amadou Soumahoro soutenu par le pouvoir d'Abidjan, a largement contribué à creuser le fossé entre les alliés d'hier.

"J’ai honte pour mon pays qui dénigre ses fils à l’étranger. J’ai honte pour moi d’être autant haï par d’autres ivoiriens. Mon crime ? Refus d’adhérer au RHDP", a indiqué Soro sur les réseaux sociaux. Cette déclaration de l'ex-chef du Parlement ivoirien est intervenue après que ce dernier a pris connaissance du rapport de fin de mission du président actuel du parlement ivoirien dans lequel il était indiqué que Guillaume Soro avait été éconduit par la police marocaine du fait de son "entêtement" et de son "inconduite" lors des assises de Rabat.

"Faux" rétorque le camp Soro, mais qui juge inconcevable le manque de solidarité entre ivoiriens à l'étranger, opposés politiquement furent-ils. "A tous ceux qui, de bonne foi, souhaitaient ou espéraient un retour de Guillaume Soro au RHDP, les voici servis avec la dernière action des animateurs de ce parti à Rabat. Ils y étaient allés pour humilier Guillaume Soro. Ils y étaient allés pour le déchoir de son poste de 1er Vice-président de L'APF. Bref, ils y étaient allés pour le tuer politiquement", a fait remarquer Mamadou Traoré l'un des fidèles lieutenants de Soro.

Les évènements de Rabat, à l'en croire, démontrent clairement de l'interprétation suivante : "Tant que tu n'es pas avec nous, tu es contre nous. Nous préférons que la Côte d'Ivoire perde le poste de Président de l'APF que de permettre à Guillaume Soro de l'occuper ", mettra en lumière Mamadou Traoré avant de répliquer "Ils nous donnent ainsi l'occasion de leur tenir également ce joli message : "Nous préférons qu'en 2020, le RDR perde le pouvoir même si nous ne l'avons pas. Nous nous battrons pour que ce parti perde le pouvoir. Même si pour cela nous devrons nous allier au diable ", a prévenu l'ex-cadre de la rébellion des Forces nouvelles.


La guéguerre entre Guillaume Soro et ses ex-alliés du Rassemblement des républicains (RDR), épine dorsale du RHDP, s'est intensifiée après que l'ex-patron de la rébellion des Forces nouvelles, a été contraint selon ses propos de "libérer le tabouret de l'Assemblée nationale". Depuis lors, Guillaume Soro qui vise le fauteuil présidentiel ivoirien en 2020 est engagé dans une guerre de tranchées avec ses alliés qui évidemment n'en ont pas encore fini avec ce fauteuil qu'ils ont acquis de haute lutte. "Nous avons au moins 50 ans à faire au pouvoir", dixit une députée proche du pouvoir RHDP.




Articles les plus lus