Burkina Faso: Attaque d'une mosquée, Roch Kaboré parle

Burkina Faso: Attaque d'une mosquée, Roch Kaboré parle
Par K. Richard Kouassi
Publié le 14 octobre 2019 à 18:45 | mis à jour le 14 octobre 2019 à 19:50

Vendredi 11 octobre 2019, au Burkina Faso, une mosquée a subi une attaque meurtrière. Le bilan fait état de quinze morts. Suite à ce drame, Roch Marc Christian Kaboré, le président burkinabé, s'est exprimé à travers un communiqué.

Burkina Faso, Roch Marc Kaboré lance un appel

Au Burkina Faso, l'attaque d'une mosquée survenue le vendredi 11 octobre 2019, a occasionné la mort de quinze personnes, selon un bilan officiel fourni par les autorités. Les fidèles musulmans étaient en pleine prière lorsqu'ils ont été pris pour cibles par des hommes armés.

"Des individus armés ont attaqué la grande mosquée de Salmossi entre 19 h 00 et 20 h 00 (locale et GMT), faisant au moins 16 morts", ont rapporté des sources sécuritaires au Burkina Faso. Pour l'heure, cette attaque n'a pas encore été revendiquée. Dans un communiqué publié le lundi 14 octobre 2019, Roch Marc Kaboré, le chef d'Etat burkinabè, a appelé à l'union et la solidarité. Ci-dessous l'intégralité du communiqué :

Des fidèles sont assassinés en plein exercice de leur foi. Vendredi dernier, à Salmossi dans la commune de Markoye, une mosquée a été la cible d’une attaque qui a causé la mort de 15 personnes.

Plus tôt cette année, le 29 avril, un pasteur et cinq fidèles sont tués dans une église protestante à Silgadji, et le 12 mai, un prêtre du diocèse de Kaya et cinq fidèles sont tués dans une église catholique à Dablo.

Ces attaques visent à fragiliser notre vivre-ensemble et la cohésion sociale, que nous ont légués nos ancêtres, et que nous devons préserver à tout prix.

C’est l’occasion pour moi d’exhorter les Burkinabè, toutes confessions religieuses et toutes origines sociales et communautaires confondues, à rester unis et solidaires. Les religions sont des vecteurs de tolérance, et ces attaques barbares et crapuleuses renseignent sur la nature de l’ennemi, que nous devons combattre, dans un engagement individuel et collectif de tous les instants.


Dieu bénisse le Burkina Faso !

Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso



Facebook
Twitter
email
Whatsapp