Trouble à la MACA:Film de l'arrestation de Kassoum Koné «La Machine»

La chute de La Machine, la terreur de la MACA

La chute de La Machine, la terreur de la MACA
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 22 mai 2020 à 11:30 | mis à jour le 22 mai 2020 à 12:01

Il n'y a certes pas eu de mutinerie ni d'évasion à la MACA, mercredi dernier mais le garde pénitentiaire Kassoum Koné dit « La Machine », cause de toute cette chienlit au sein de la plus grande prison de Côte d'Ivoire, a été appréhendé.

La chute de La Machine, la terreur de la MACA

La nature a véritablement horreur du vide. Après la chute du caïd Yacou le Chinois, le 20 février 2016, un autre dur à cuir lui a succédé. Cette fois-ci, pas un prisonnier, mais un garde pénitentiaire, chargé de la surveillance des détenus.

Kassoum Koné dit « La Machine » a en effet établi son règne sur la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA) à coup de pouvoir mystique. À en croire certains témoins sur place, dont des collègues du mis en cause, celui-ci avait dissimulé des fétiches, dont un crâne humain, au sein de l'établissement pénitentiaire pour assujettir les prisonniers et d'autres gardes à son pouvoir.

Ainsi, La Machine pouvait se permettre de piétiner en toute impunité « l’éthique et la déontologie des agents de prisons », selon le confrère Claude Dassé.

« Il est le seul garde qui peut faire ce qu’il veut à la MACA. Il maltraite les prisonniers. Ceux qui résistent sont purement et simplement bastonnés. Il est sûrement protégé par un cadre de l’administration pénitentiaire. Sinon, il ne peut pas faire tout ce qu’il fait sans être inquiété », avancent d'autres sources.

Mais ce mercredi 20 mai 2020, des prisonniers et autres gardes, exténués par les pratiques peu orthodoxes du sieur Kassoum Koné, ont crié leur ras-le-bol par un soulèvement. Une vive altercation entre deux groupes de gardes pénitentiaires s'en est suivie, avec à la clé des coups de feu entendu dans l'enceinte de la MACA.

Appelée à la rescousse, la gendarmerie est intervenue in extrémis pour rétablir l'ordre. À en croire RFI, des détenus qui tentaient de s'évader ont été vite appréhendés.

« La Machine a été immobilisée et menottée dans la cour de la prison, puis emmenée par la gendarmerie », ajoute le confrère, qui citait un témoin.


D'autres sources indiquent cependant que La Machine est en fuite. Mais aux dernières nouvelles, il serait bel et bien en liberté.

Quoi qu'il en soit, après le soulèvement de ce mercredi et la tournure des évènements, le règne de ce garde pénitentiaire véreux, cité dans tous les coups bas de la MACA est visiblement à son terme.

Sansan Kambilé, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, après des échanges avec l'administration pénitentiaire, a demandé qu’une enquête soit ouverte afin de situer les responsabilités.