Destitution – Donald Trump, abandonné par plusieurs de ses avocats, le procès en destitution de l’ex-président américain s’ouvre le 9 février devant le Sénat.

Destitution de Trump: Dissensions entre Donald Trump et ses avocats

Au moins cinq avocats, dont deux supposés diriger l’équipe d’avocats du milliardaire new-yorkais, ont renoncé à le défendre après des désaccords sur la façon de procéder, a affirmé la chaîne de télévision citant des sources anonymes.

Trump souhaitait que ses avocats continuent à plaider la thèse d’une fraude massive lors de l’élection présidentielle, qui a conduit à la victoire du démocrate Joe Biden, plutôt que de se concentrer sur la légalité de poursuites à l’égard d’un président n’étant plus en fonctions, a précisé CNN, précisant que l’ex-président était peu enclin à en discuter.

Donald Trump serait allé jusqu’à affirmer que son cas était de toute façon très simple et qu’il pouvait se défendre lui-même.

L’avocat personnel de l’ancien président Rudolph Giuliani a lui fait savoir haut et fort qu’il était prêt à défendre son client pour ce deuxième procès en destitution. Mais il pourrait lui-même être cité en tant que témoin, il s’est adressé à des partisans de Donald Trump le jour de leur incursion dans le Capitole.

« Nous avons beaucoup travaillé, mais nous n’avons pas encore pris une décision définitive quant à notre équipe légale, nous le ferons bientôt », a affirmé sur Twitter Jason Miller, conseiller de Donald Trump, en réponse à ces informations de presse.

Le vote d’une motion de censure, moins sévère, requiert le vote d’au moins 10 sénateurs républicains pour avoir une chance d’être adoptée, ce que certains estiment en revanche envisageable.

À peine plus d’une semaine après son arrivée dans le Bureau ovale, Joe Biden enchaîne à une vitesse étourdissante les décrets présidentiels.Dans l’espoir de mieux gérer la crise du coronavirus, de se concentrer sur l’écologie, de revoir la politique d’immigration ou encore de s’attaquer au racisme institutionnel, le démocrate a signé depuis sa prise de pouvoir, le 20 janvier 2021 à midi, plus de 40 de ces mesures à effet immédiat.

Le but clairement affiché est aussi de tourner la page Donald Trump le plus vite possible. Construction du mur avec le Mexique suspendue, projet d’oléoduc très critiqué mis en pause, réouverture de l’armée aux personnes transgenres, accès moins compliqué à l’avortement..

Le procès de Donald Trump pour «incitation à l’insurrection», après l’occupation du Capitole le 6 janvier par des partisans de l’ex-président, doit débuter le 9 février.