L'examen des textes du parti unifié, le PDCI va maintenir sa position

Le PDCI compte maintenir sa position de report du parti unifié
Par Edwige Fiendé
Publié le 21 septembre 2018 à 06:35 | mis à jour le 21 septembre 2018 à 06:35

Le parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) va "confirmer" lundi à Daoukro (Centre), sa décision prise le 17 juin de reporter l'examen des textes du parti unifié après la présidentielle 2020, a indiqué le député Amédée Dibahi Dodo, à une conférence de presse des députés du parti jeudi à Abidjan.

Le PDCI compte maitenir sa position quant à la mise en place du parti unifié

"Nous allons à ce bureau politique pour confirmer les résolutions du 17 juin", a affirmé M. Dibahi Dodo, député d'Iboguhé (Ouest), face a la presse au siège du PDCI, à Cocody (Est Abidjan).

Le 17 juin, le PDCI avait décidé de reporter l'examen des textes du parti unifié (regroupant les partis membres de la coalition au pouvoir), à son prochain congrès, après la présidentielle de 2020.

Mais mercredi, la justice ivoirienne a suspendu "toutes les décisions prises" à ce bureau politique, après une saisine de Jérôme N'Guessan, ex-membre de l'instance dirigeante du PDCI et récemment exclu du parti.

La veille, le président du PDCI Henri Konan Bédié avait convoqué un nouveau bureau politique "d'urgence". Cette réunion est prévue lundi à Daoukro, fief de M.Bédié.

"Le PDCI ne va pas faiblir", a relevé M.Dibahi, ajoutant que ce bureau politique va "adouber" toutes les actions entreprises par M. Bédié.

"Si nous devons avoir 1.000 bureaux politiques, nous allons avoir 1.000 bureaux politiques" a réagi le député de Yamoussoukro (Centre), Patrice Kouassi, qui a annoncé que son parti va "faire appel" de cette décision de justice.

M. Kouassi a dénoncé "une cabale politique" et "un combat pour déstabiliser" le PDCI en proie à des dissensions.


Le député de Daoukro, Oliver Akoto, a quant à lui, appelé les cadres du PDCI, "auteurs de ces actions", à "ne pas pousser le bouchon" et "à réviser leur positions".

Début août, Henri Konan Bédié a annoncé le retrait de son parti du processus de mise en place du parti unifié dénommé RHDP, et présidé par son ex-allié Alassane Ouattara.

M. Bédié a dénoncé des "irrégularités" dans le processus de création de ce parti unifié, constitué en juillet au cours d’une assemblée générale à laquelle le président du PDCI n’avait pas assisté.