Côte d'Ivoire : Transporteurs et forces de sécurité au bord de l'affrontement à Danané

Chauffeurs de motos-taxis en colère après la bastonnade de l'un des leurs à Danané
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 04 janvier 2019 à 14:09 | mis à jour le 04 janvier 2019 à 14:09

Après les tragiques évènements de Zouan-Hounien, fin novembre, c'est la ville voisine de Danané qui est en passe de connaître un affrontement entre forces de l'ordre et transporteurs de cette localité de l'ouest ivoirien.

Danané en ébullition, des policier et gendarme tabassent un motocycliste

La ville de Danané a connu des heures chaudes, ce jeudi 3 janvier 2019. N'eût été la dextérité des autorités administratives et sécuritaires de la ville, les transporteurs et les agents des forces de l'ordre se seraient affrontés dans un combat sans merci.

Mais qu'est-ce qui a failli mettre le feu aux poudres ?

Il ressort des faits rapportés par des témoins sur place que Diarra Karim, chauffeur de moto taxi, n'avait pas obtempéré à l'ordre de s'arrêter des policiers et gendarmes qui tenaient un corridor à environ un kilomètre du centre-ville. Deux agents ont donc pris en chasse le conducteur de moto taxi, avant de le rattraper à la gare d'une compagnie de transport où il devait déposer une cliente qu'il remorquait sur son engin.

Et là, l'indélicat transporteur va passer un sale quart d'heure sous les coups de crosse, les coups de pieds et les coups de poings et de fouët de ses poursuivants. A la suite de cette bastonnade qui a failli le faire passer de vie à trépas, le motocycliste a été transporté dans un centre de santé pour recevoir les premiers soins. Les autres transporteurs de Danané se sont aussitôt mobilisés et ont pris d'assaut l'hôpital où leur collègue était en soin intensif.

Informé de la situation qui devenait de plus en plus électrique, le Préfet de Danané a décidé de prendre en charge les soins de Diarra Karim. Les autorités judiciaires, policières et le représentant du commandant de brigade de la gendarmerie étaient également aux côtés du Préfet pour apaiser la situation.


Les transporteurs ont cependant dénoncé le racket des forces de l'ordre de Danané, et ont observé une journée d'arrêt de travail pour protester contre l'incident du jeudi.