Côte d’Ivoire: Brahima Soro "pas convié" aux consultations pour la réforme de la CEI

Brahima Soro indésiré aux consultations de la réforme de la CEI
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 21 janvier 2019 à 06:25 | mis à jour le 21 janvier 2019 à 06:25

Le président de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, ex-mouvance présidentielle) Brahima Soro affirme n’'avoir "pas été convié" pour les consultations avec la classe politique et la société civile ivoirienne pour la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), qui débutent lundi.

Brahima Soro indésiré aux consultations de la réforme de la CEI

"A ce jour, nous n’avons pas été conviés", a confié M. Soro à votre site internet Afrique-sur7.

Les consultations avec la classe politique et la société civile ivoirienne, pour la réforme de la CEI, chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire, débutent lundi, a confirmé la primature.

La Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples avait ordonné à la Côte d’Ivoire de rendre l’institution "conforme aux instruments juridiques régionaux".

Cette nouvelle composition de la CEI, conformément à ces recommandations "sera effective pour les élections de 2020", avait assuré le chef de l’Etat Alassane Ouattara.

L’opposition ivoirienne, rejointe il y a peu par le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-allié au pouvoir), réclame régulièrement une réforme de la CEI.

L’actuelle CEI est composée de 17 membres, quatre issus de la mouvance présidentielle, quatre de l’opposition, quatre de la société civile et cinq au titre des institutions de la République.

Ces derniers étant nommés par l’exécutif notamment la présidence pour le représenter, sont considérés comme politiquement inféodés à la mouvance présidentielle.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
03