Côte d'Ivoire: Arsène Néné Bi souhaite que le "Conseil constitutionnel" soit identique à celui du Niger

Arsène Néné Bi
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 24 janvier 2019 à 14:37 | mis à jour le 24 janvier 2019 à 14:37

Le président l’Action pour la promotion des droits de l’Homme (Apdh, organisation non-gouvernementale), Arsène Néné Bi, a souhaité jeudi que le Conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire soit identique à celui du Niger, lors des consultations pour le réexamen de la composition de la CEI.

Arsène Néné Bi souhaite que la reforme de la CEI s'étende au Conseil constitutionnel

Arsene Nene-Bi, président de l'Apdh a souhaité un Conseil constitutionnel identique a celui du Niger, où les sept membres sont élus par leurs paires à la différence de la Côte d'Ivoire où les membres sont nommés par le chef de l'État.

Des organisations de défense des droits de l'Homme, ont également demandé que la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) "s'étende au Conseil constitutionnel", lors des consultations avec la société civile.

La Ligue ivoirienne des droits de l'Homme (Lidho) a abondé dans le même sens que l’Apdh.

La Ligue ivoirienne des droits de l'Homme (Lidho) souhaite que "cette réforme puisse s'étendre au Conseil constitutionnel, organe d'appui à la CEI", a indiqué son président Pierre Adjoumani, lors de la deuxième phase des consultations pour le réexamen de la composition de la CEI.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a entamé lundi les consultations pour le réexamen de la composition de la CEI, avec certains leaders des formations ou groupements politiques de l’opposition.


La Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples avait ordonné à la Côte d’Ivoire de rendre l’institution "conforme aux instruments juridiques régionaux".

"Notre débat consistera à l'interprétation de l'arrêt" de la Cour africaine, a fait savoir M. Gon, souhaitant un "dialogue constructif sans a priori", aux 18 organisations qui étaient présentes à la rencontre.