Côte d’Ivoire: Ouattara félicite les journalistes pour l’"amélioration dans la qualité du contenu"

Les journalistes ont souhaité que M. Ouattara mette en place un
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 28 janvier 2019 à 16:30 | mis à jour le 28 janvier 2019 à 16:30

Le président ivoirien Alassane Ouattara a félicité lundi, les journalistes pour la "nette amélioration dans la qualité du contenu" des journaux et exhorté les journalistes à "continuer à exercer leur métier avec professionnalisme", à une cérémonie de vœux de la presse au chef de l'Etat.

Les journalistes ont souhaité que M. Ouattara mette en place un "plan Marshall" pour la presse

"Je voudrais vous féliciter, car il y a une nette amélioration dans la qualité des contenus des journaux.

Il a souhaité qu’en 2019, les journalistes continuent à exercer (leur) "métier avec autant d’engagement et de professionnalisme en vue du renforcement de la paix et la cohésion sociale en Côte d’Ivoire".

Alassane Ouattara a exhorté les entreprises de presse, "à vivre de leurs ressources", leur assurant du soutien de l’Etat.

Le patronat avait auparavant relevé les difficultés du secteur, "plongé dans un coma profond", et souhaité la "pérennisation" de l’aide annuelle à l’impression des journaux octroyée par le gouvernement.

Ils ont souhaité la mise en place d’un "plan Marshall pour sauver" le secteur et sollicité une audience avec le chef de l’Etat pour échanger sur les difficultés de la presse ivoirienne.


Janvier 2018, le Président Alassane Ouattara accorde beaucoup d’importance à la liberté de la presse. Il l’a affirmé hier jeudi lors de la présentation de ses vœux à la presse nationale et internationale, à Abidjan. Mais cette déclaration soulève d'autres limites dans le milieu de la presse en Côte d'Ivoire.

LOctobre 2018, le Gepci (Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire) avait annoncé une nouvelle "journée presse morte" sur l’ensemble du territoire ivoirien, pour protester contre "une subvention de 706 millions de francs CFA du Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP)".