BAC 2019: Lutte contre la fraude, des candidats défient Kandia Camara

BAC 2019, Kandia en
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 juillet 2019 à 16:27 | mis à jour le 12 juillet 2019 à 16:27

Kandia Camara aura fort à faire dans sa volonté de lutter contre la fraude au BAC 2019. Et pour cause, des candidats ont affiché leur ferme volonté d'outrepasser les règles établies par le ministère de l' Éducation nationale, de l' Enseignement technique et de la Formation professionnelle en vue de lutter contre la fraude.

BAC 2019, des candidats se dressent contre Kandia

Les épreuves écrites du BAC 2019 ont démarré depuis le lundi 8 juillet 2019. Cette année, Kandia Camara a décidé de redoubler d'ardeur afin de mettre la main sur les éventuels fraudeurs. À cet effet, elle "a renforcé le dispositif de lutte contre la fraude à travers des initiatives vigoureuses, dont l’arrêté N° 0074/MENET-FP/DECO du 06 avril 2018 portant interdiction de support de communication numérique dans les centres pendant les examens et concours relevant du ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle".

La ministre de l' Éducation nationale, de l' Enseignement technique et de la Formation professionnelle avait déjà frappé un grand coup en interpellant des enseignants et des candidats, qui se sont rendus coupables de fraude à l'examen du BEPC (Brevet d'études du premier cycle). À Abengourou, Gagnoa, Divo, Guitry, Bouaflé, Bonon et Zuénoula "des enseignants, au mépris de la déontologie de leur métier, de la décence et du bon sens, ont transmis à certains candidats au moyen de leurs téléphones portables, des corrigés des épreuves", expliquait Kourouma Ibrahima, inspecteur général, coordonnateur général de l'inspection générale, dans un échange avec la presse.

Apparemment, des candidats au BAC 2019 n'ont nullement été impressionnés par le dispositif et les mesures de Kandia Camara. Au lycée moderne de Bocanda, centre du pays, des élèves sont venus sur le lieu de composition munis de leurs téléphones portables, malgré les injonctions du ministère. Ces candidats ont pris le soin de bien dissimuler ces appareils, oubliant qu'ils seraient soumis à une fouille.

Selon l' Agence ivoirienne de presse, au moment où les personnes commises à la fouille s'approchaient, les candidats ont jeté leurs portables dans la broussaille. Les objets ont été récupérés, puis confisqués par les responsables du centre à qui la petite manoeuvre des candidats n'avait pas échappé.



Les commentaires
Prochainement disponible...