Business : Le Français Canal+ fait son entrée dans le cinéma au Nigeria

Actionnaire minoritaire de l'entreprise nigériane, le groupe détenu par Vivendi s'offre la maison de production Iroko.

Canal+ acquiert Iroko
Par Ange Atangana
Publié le 21 juillet 2019 à 18:02 | mis à jour le 21 juillet 2019 à 18:02

Le groupe de médias français a annoncé l’acquisition du groupe de production nigérian Iroko. Canal+ espère avec cette transaction dont le montant n’a pas été dévoilé atteindre les 5 millions d’abonnés sur le continent.

Avec l’achat d’Iroko, Canal+ veut devenir un acteur important de Nollywood.

Industrie cinématographie prospère, Nollywood va encore gagner en visibilité. En effet, le groupe français Canal+ a acquis les activités de production, de distribution et d‘édition de chaînes d’Iroko, un géant nigérian de la VOD dont il était déjà actionnaire minoritaire.

Si le montant de l’opération n’a pas été dévoilé, Canal+, à travers sa filiale Thema, s’est offert l’une des plus grosses maisons cinématographiques mondiales : ROK Studios, propriété d’Iroko considérée comme le premier producteur de Nollywood, avec plus de 500 heures de nouveaux films et séries chaque année. L’industrie nigériane pèse aujourd’hui près de quatre milliards de dollars en termes de revenus. Près de 2 000 films sont produits chaque année, faisant de Nollywood la deuxième industrie cinématographique du monde après Bollywood et devant Hollywood.

L’acquisition concerne aussi la distribution de contenus de Nollywood, et l’édition et la distribution de 4 chaînes (sous la marque ROK) diffusées en Afrique anglophone ainsi qu’en Grande-Bretagne. Canal+ éditait et proposait déjà dans ses offres les chaînes de fiction africaine Nollywood TV et Nollywood Epic.

Avec ces nouvelles acquisitions, Canal+ entend proposer plus de contenus africains sur ses plateformes et vise le cap des 5 millions d’abonnés en 2020. « Nous avons passé le cap des 4 millions d’abonnés en Afrique l’année dernière. Nos nouveaux abonnés, plus populaires, sont extrêmement friands de contenus africains, mais il n’y en a pas beaucoup », a expliqué à l’AFP Jacques du Puy, le président de Canal+ International.