RHDP: De graves accusations contre Duncan, Adjoumani et consorts

Ce que pense Jean Louis Billon des départs en cascade du PDCI
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 09 août 2019 à 16:31 | mis à jour le 09 août 2019 à 16:31

Jean Louis Billon n'est nullement inquiété par les nombreuses défections enregistrées par sa formation politique, le PDCI-RDA, à 14 mois de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Ce que pense Jean Louis Billon des départs en cascade du PDCI

Dans une interview accordée au confrère le Temps, publiée lundi 05 août 2019, le secrétaire exécutif du PDCI-RDA en charge de la communication, a minimisé le danger que pourrait constituer la ruée des cadres du vieux parti vers le rival, le Rassemblement pour la démocratie et la paix (RHDP).

À l'écouter, ces derniers auraient rejoint le parti du président Alassane Ouattara non pas par conviction, mais à la suite de fortes pressions qu'ils ont subies des tenants actuels du pouvoir. « En réalité, les départs des cadres PDCI-RDA au RHDP ne nous inquiètent nullement. Parmi eux, nombreux nous disaient, avant de partir, qu'ils subissaient de fortes pressions", a-t-il confié au confrère.

Ces derniers, a poursuivi l'ancien ministre du Commerce, ont témoigné avant leurs départs au RHDP, de leur attachement indéfectible aux idéaux du parti. "Donc de façade, ils vont rejoindre le RHDP, mais leur cœur reste au PDCI", a-t-il revélé.

Ce qui fera dire à l'ancien président du Conseil régional du Hambol, que "la majorité" revendiquée par ses adversaires du RHDP, n'est autre qu'une "majorité artificielle". "C'est pour cela que je dis que la majorité artificielle du RHDP ne trompe personne », a-t-il déclaré.

Pour rappel, l'entente parfaite qui caractérisait les partis se réclamant de l'héritage politique de l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, à savoir le PDCI-RDA et le RDR, a tourné au malentendu profond avec la concurrence de candidatures à la présidentielle de 2020.


La crise qui s'en est suivie entre les deux poids lourds de la coalition du RHDP, a contraint des "décideurs" du PDCI-RDA dont Daniel Kablan Duncan, Kobenan Kouassi Adjoumani, Aka Aouellé, Jeannot Kouadio Ahoussou et bien d'autres cadres à rejoindre le parti du président Ouattara.