FIF : Drogba ou Bonaventure, le choix cornélien de Salomon Kalou

Election à la FIF, Salomon Kalou affiche sa loyauté à Drogba

Didier Drogba et Salomon Kalou, une complicité qui traverse les frontières
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 29 novembre 2019 à 08:45 | mis à jour le 29 novembre 2019 à 08:30

La succession de Sidy Diallo à la Présidence de la FIF est lancée. Sory Diabaté, Bonaventure Kalou et Didier Drogba sont les potentiels candidats à cette élection. Salomon Kalou, ancien joueur des Eléphants, s'est déjà choisi son candidat.

Election à la FIF, Salomon Kalou affiche sa loyauté à Drogba

Outre Sory Diabaté, qui est un habitué de la Maison de verre de Treichville (actuel vice-président de la FIF, Fédération ivoirienne de football), dans anciens internationaux ivoiriens sont également dans la course. Il s'agit de Bonaventure Kalou et Didier Drogba.

Le dernier cité (Didier Drogba) a en effet lancé sa précampagne en rencontrant, les 13 et 14 novembre derniers, les dirigeants de clubs de D3, Ligue 2 et Ligue 1 pour leur expliquer son projet pour le football ivoirien. Les deux autres ne sont pour autant pas oisifs, et chacun d'eux tente de ratisser dans le milieu sportif ivoirien pour se bâtir un électorat confortable pour le prochain scrutin.

En pareille occurrence, aucun soutien n'est négligeable. Surtout lorsqu'il s'agit de celui de Salomon Kalou, ancien international ivoirien et attaquant du club allemand de Herta Berlin. L'ancien académicien de Mimosifcom pourrait cependant avoir un dilemme, étant donné que son frère aîné (Bonaventure Kalou) et son mentor (Didier Drogba) ont annoncé leur candidature.

Mais l'ancien buteur des Eléphants a fait son choix, et il est imparable. Sur Vibe Radio, Salomon Kalou a déclaré : « Salomon Kalou est quelqu’un de sincère et assagi. Il a pour poulain Drogba, alors jamais il ne le trahira. A Chelsea, Drogba était comme son tuteur, son protecteur. Il est un personnage intègre qui ne sait pas trahir. »

Avant de faire la part des choses : « Salomon ne se dit pas qu’il va soutenir Bonaventure parce que c’est son frère. Non ! Il fait le choix qui semble bon pour l’avenir du football ivoirien et il est dans son droit. »


Voilà qui est clair. La bataille est donc très ouverte entre les trois candidats déclarés à la Présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF). The best win (Que le meilleur gagne)!



Facebook
Twitter
email
Whatsapp