Le commissaire de police de Dimbokro devant les juges: Les raisons

Ange Kessi, commissaire du gouvernement veut poursuivre le commissaire de Dimbokro
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 janvier 2020 à 19:31 | mis à jour le 14 janvier 2020 à 19:31

L’affaire du meurtre de Percide Kokora, élève dans un lycée de Dimbokro, survenu le 11 décembre 2019, connait un nouveau rebondissement. Le commissaire de police de la ville, Z.T.Y, accusé d'avoir violé "une consigne de l'arme", devrait être poursuivi par le parquet militaire.

Assassinat de l'élève Perfide Kokora : Le procureur Ange Kessy veut poursuivre le commissaire de police de Dimbokro.

L’on apprend des sources proches du Tribunal militaire d’Abidjan, que les poursuites à l’encontre des assassins de la jeune lycéenne s'élargiront au commissaire de police de la ville de Dimbokro. Il est reproché au chef Z.T.Y, d’avoir violé « une consigne de l’arme ». « Le Commissaire du Gouvernement reproche au Commissaire de police de Dimbokro d'avoir violé une consigne de l'arme et envisage de le poursuivre », informe le Tribunal militaire d’Abidjan.

Le procureur militaire Ange Kessi estime que le commissaire Z.T.Y a commis une « faute pénale » en autorisant ses éléments à se déporter sur un théâtre de maintien de l’ordre munis d’armes létales. « Lorsque des éléments, sous les ordres d'un chef, commettent des fautes, la responsabilité pénale de ce chef sera engagée directement ou indirectement selon la gravité des faits », fait savoir le Contre-amiral Ange Kessi.

La jeune lycéenne, Perfide Kokora, inscrite en classe de seconde C au Lycée de Dimbokro, a été accidentellement fauchée alors qu’elle revenait des cours d’ EPS par une balle assassine dans la tempête des congés de Noël anticipés, le mercredi 11 décembre 2019.


Des policiers commis au maintien de l’ordre avaient dû user de bombes lacrymogènes pour disperser une bruyante manifestation des élèves de la localité visant à obtenir des congés anticipés. Le suspect présumé de l’assassinat de la jeune lycéenne, ainsi que plusieurs policiers qui avaient participé à la répression de la marche, ont été longuement interrogés. Ce qui avait permis les interpellations des sous-officiers de police M.O.J.K et K.P.



Articles les plus lus
01
03
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Carmen Sama a tout bouclé: Rafna en vente dès ce samedi