Burkina: Les gendarmes mettent en déroute des terroristes, huit morts

Burkina Faso, l'armée fait mordre la poussière aux terroristes
Par K. Richard Kouassi
Publié le 11 février 2020 à 16:54 | mis à jour le 11 février 2020 à 17:00

Au Burkina Faso, la gendarmerie nationale a tué huit terroristes lors de l'attaque contre l’attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou, une localité située à environ 50 km de Fada N’Gourma. Au cours de l'affrontement, un civil se trouvant dans un car a été touché par balle.

Burkina Faso, l'armée fait mordre la poussière aux terroristes

Selon la presse locale, au Burkina Faso, des terroristes avaient attaqué la gendarmerie de Tanwalbougou, dans l'est du pays, le lundi 10 février 2020. On apprend qu'au cours de cette attaque, la puissance de feu des gendarmes burkinabè a causé la mort de huit assaillants. Selon lefaso.net, la gendarmerie a saisi un important lot d'armement (trois motos, des chargeurs, un poste émetteur/récepteur et un PKMS). Notre source indique qu'aucune perte en vies humaines n'a été signalée dans le camp des gendarmes. Mais un civil, passager d'un car qui passait à proximité du champ de bataille, a été touché par une balle. Il a été immédiatement évacué dans un centre hospitalier.

Cette attaque terroriste intervient au lendemain de celle menée contre l'église évangélique de Nagnounbougou, dans l'est du Burkina. Les fidèles en plein culte ont été pris pour cibles par des hommes armés qui étaient à moto. Le bilan fait état d'au moins deux morts. "Des individus armés non identifiés ont attaqué dimanche l'église lors du culte. Au moins deux fidèles ont été tués", avait confié un élu local.


Lundi 20 janvier 2020, le Burkina Faso a connu une attaque meurtrière menée par des terroristes dans la province du Sanmatenga. Les assaillants ont abattu 34 Burkinabè et quatre ressortissants étrangers. Roch Marc Christian Kaboré, président de la République, a décrété un deuil national de 48 heures du mercredi 22 au jeudi 23 janvier 2020. Le gouvernement a appelé les populations à une "franche collaboration avec les Forces de défense et de sécurité et au renforcement de la solidarité entre Burkinabè".