Du nouveau dans l'affaire du policier giflé par un Tunisien

Du nouveau dans l'affaire du policier giflé par un Tunisien
Par Mael Espoir
Publié le 27 février 2020 à 20:13 | mis à jour le 27 février 2020 à 20:13

L'Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire (aTunCI) a réagi à la suite de l'agression par un expatrié tunisien sur un policier ivoirien en tenue.

Affaire "un expatrié tunisien gifle un policier": Ce que dit l'Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire

Un expatrié d'origine tunisienne a osé gifler un policier ivoirien dans l'exercice de ses fonctions. La vidéo de cet incident, diffusée sur la toile dans la soirée du mercredi 26 février, a suscité l'indignation générale.

Afin d'éviter tout malentendu, l’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire, est montée au créneau pour exprimer sa solidarité au policier ivoirien qui a même permis d'éviter que son agresseur soit lynché par la foule.

''L’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire (aTunCI) tient à exprimer sa solidarité avec le policier ivoirien gratuitement agressé, le 26 février 2020, par un ressortissant tunisien en Côte d’Ivoire. Elle salue à cet égard le sang froid de la police ivoirienne qui a permis d’éviter qu’une situation particulièrement sensible ne dégénère et ne prenne une tournure beaucoup plus grave après que l’agresseur, maîtrisé, a été pris à partie par des riverains en colère'', peut-on lire dans un communiqué signé de la présidente de l'association, Intissar Amri.


L'aTunCI a condamné l'acte du tunisien, précisant qu'il s'agit là d'un cas isolé. ''Tout en condamnant avec la plus grande fermeté cette agression envers un citoyen ivoirien représentant la force publique de surcroit, l'aTunCI rappelle qu’il s’agit d’un acte isolé... cet acte ne correspond en aucune façon aux valeurs de fraternité et de partage portées par la communauté tunisienne de Côte d’Ivoire, parfaitement intégrée dans son pays hôte. Fière de sa double appartenance tunisienne et ivoirienne, aTunCI est persuadée que les liens séculaires qui lient les deux pays, permettront d’éviter les amalgames de tout genre, évitant l’escalade de violence'', mentionne le communiqué de l'aTunCI.